ClassicsTodayFrance.com - L'actualité CD, SACD & DVD classique
Search Reviews
Pourquoi Classicstoday-France
L'edito de Christophe Huss
Les nouvelles du disque
Nos annonceurs
Accueil

CHINESE RHAPSODY
GAN-RU GE
Chinese Rhapsody (1992); Wu pour piano et orchestre (1986); Six Pentatonic Tunes for orchestra


Orchestre National Royal d'Écosse

José Serebrier

BIS- SACD-1509(SACD)
Référence: aucune

rating

Voilà en première mondiale, un SACD impressionnant d'un compositeur très intéressant, fort éloigné de toutes les "tanduneries", néologisme inspiré par le chiqué du compositeur Tan Dun, coqueluche, notamment, de la côte est américaine, celle qui porte aussi aux nues le pianiste Lang Lang, pour à peu près les mêmes raisons. Il y a chez Ge (c'est ça le nom de famille) un patte, un style et, surtout, une viscéralité. Il y a aussi un vrai style, un instinct de la composition pour orchestre, du dosage des masses sonores, du miroitement des couleurs, perceptible dès Wu, en 1986.

Ge Gan-Ru est un "avant-gardiste" chinois, c'est-à-dire que son œuvre tourne totalement le dos aux bluettes populaires du genre "Butterfly Lovers Concerto" de Chen Gang, qui, fut pourtant son professeur. Interné en camp de travail en 1971, relâché en 1974, Ge fut l'un des premiers étudiants du conservatoire de Shangaï, dont il fut diplômé en violon en 1977 et en composition en 1981. Il fut envoyé à New York en 1983 et s'installa aux Etats-Unis. Il suivit les cours, à Columbia University, avec Mario Davidovski et un Chinois, élève de Varèse.

Ce parcours, très bien retracé dans la notice, est important pour comprendre les racines du compositeur. L'art de Ge est de réunir mieux que d'autres (cf. les recherches ésotériques de Tan Dun sur l'eau...) Orient et Occident. Son art (surtout dans Wu) me fait fortement penser à la veine de George Crumb. La Rhapsodie chinoise marque une étape supplémentaire dans la création d'un onirisme sonore et de l'apport d'une riche section de percussions. Un analyste en a souligné avec justesse "la fluidité et la liberté rythmique". C'est le caractère perpétuellement mouvant de cette Rhapsodie qui fait son prix.

Les Airs pentatoniques trouvent ici leur première exécution. ils sont adaptés d'œuvres pour piano et plus ouvertement mélodiques, puisque fondés sur des airs traditionnels chinois. Pas de "folklorisme" cependant, l'ensemble étant vu à travers le prisme du métier de Ge. Cela dit, ce n'est pas non plus cette composition annexe qui fait le prix de ce disque. Wu et la Rhapsodie en sont les révélations.

--Christophe Huss

Les 10/10 du mois
NO Picture Un mois de nouveautés
Au crible aujourd'hui

Search Reviews
QUI SOMMES NOUS? | LE COIN MÉDIAS | NOTATION: MODE D’EMPLOI | POURQUOI CLASSICSTODAY FRANCE?

© 2005 Classicstoday-France.com.
Tout droits de reproduction pour tous pays réservés à Classicstoday-France.com.