ClassicsTodayFrance.com - L'actualité CD, SACD & DVD classique
Search Reviews
Pourquoi Classicstoday-France
L'edito de Christophe Huss
Les nouvelles du disque
Nos annonceurs
Accueil


ERNST WILHELM WOLF
Symphonies en mi bémol majeur; fa majeur; ut majeur et ré majeur


Orchestre de chambre Franz Liszt de Weimar

Nicolas Pasquet

Naxos- 8.557 132(CD)
Référence: aucune

rating

Si jamais vous étiez tentés, par soif de découverte, de dépenser de l'argent pour être l'un des premier à entendre la niaise ritournelle de huit notes signée Johann Sebastian Bach, récemment découverte à Weimar et dont le label de John Eliot Gardiner vient de publier le premier enregistrement, investissez plutôt dans cet autre produit "made in Weimar", cent fois, mille fois, plus intéressant et tout aussi inédit!

Maître de chapelle à Weimar de 1772 à 1792, Ernst Wilhelm Wolf (1735-1792) a écrit, nous dit-on 35 symphonies dont 26 auraient survécu. Je ne dirais pas que les 65' minutes de ce disque sont toutes du même niveau. La Symphonie en ré, notamment, une ouverture italienne de 7 minutes, est assez banale et si tout le CD avait été à l'image de la charmante et pétillante Symphonie en ut majeur, on aurait décrété qu'il s'agissait ici d'un CD à ajouter à la longue liste d'excellents disques de musique de la période classique publiés ces dernières années. Cette Symphonie en ut (de 1786 apparemment) est un bon cru d'obédience haydnienne, avec un point intéressant tout de même: la prédominance de solos de bois dans les 2e et 4e mouvements. Il s'agit là d'un indice non négligeable sur la singularité de l'écriture d'Ernst Wilhelm Wolf.

Par contre, les œuvres qui valent vraiment le détour ici, le valent sacrément et je n'hésite pas une seconde à mettre la découverte des Symphonies en mi bémol majeur et en fa majeur d'Ernst Wilhelm Wolf au niveau de celle des symphonies de Josef Martin Kraus. Dans ces deux oeuvres, se cristallise la marque stylistique de Wolf: une écriture symphonique sollicitant les vents comme dans une symphonie concertante. Il y a aussi, comme chez Kraus, une théâtralité, voire une douleur, qui culmine dans l'introduction de la Symphonie en fa, et, plus encore, dans son mouvement lent. Ce dernier vaut largement, tout comme le volet initial de la Symphonie en mi bémol, l'achat du disque.

Ce CD nous révèle ainsi à quel point certains compositeurs, dans l'ombre de géants (on peut penser aussi, dans une période plus reculée, à la figure de Graupner face à celle de Bach), ont expérimenté avec le matériau orchestral de manière fort concluante. Il n'y a dans les 42 premières minutes de ce disque aucune imitation, aucun "sous-quelque chose", mais la vraie révélation d'un compositeur doué et fascinant. Wolf est célébré avec beaucoup d'implication et d'attention par les musiciens de ce très valeureux orchestre de chambre. La prise de son est un peu proche et colorée, mais ne nuit en rien au bonheur absolu d'une découverte aussi inattendue.

--Christophe Huss

Les 10/10 du mois
NO Picture Un mois de nouveautés
Au crible aujourd'hui

Search Reviews
QUI SOMMES NOUS? | LE COIN MÉDIAS | NOTATION: MODE D’EMPLOI | POURQUOI CLASSICSTODAY FRANCE?

© 2005 Classicstoday-France.com.
Tout droits de reproduction pour tous pays réservés à Classicstoday-France.com.