ClassicsTodayFrance.com - L'actualité CD, SACD & DVD classique
Search Reviews
Pourquoi Classicstoday-France
L'edito de Christophe Huss
Les nouvelles du disque
Nos annonceurs
Accueil

HYMNE À LA NUIT
FRANZ LISZT
Invocation; Hymne à la Nuit; Wiegenlied; Schlaflos!; Grand solo de concert; Bagatelle sans tonalité; La Notte; Prélude et Marche funèbre; Hymne au matin; Prélude et Mort d'Isolde (Wagner; arr. Kocsis pour le Prélude et Liszt pour la Mort); En rêve

Jean-Efflam Bavouzet (piano)



MDG- 604 1350-2(CD)
Référence: Ce disque-ci

rating

Voici un disque à ne pas écouter un jour de déprime! Voilà aussi un vrai parcours musical cohérent, qui ajoute une pierre -que dis-je, une roche volcanique!- à la discographie lisztienne.

Au fond, la partie émergée de l'iceberg lisztien (Sonate, Années de pèlerinage, Études d'exécution transcendante, Rhapsodies) occulte le reste et on a tôt fait de cataloguer en "pièces tardives" ce qu'on connaît moins et qui ne relève pas des grandes œuvres brillantes. Et on se dit aussi que du "Liszt tardif" on a bien déjà un disque, celui d'Alfred Brendel. Ce raisonnement simpliste conduit à faire doublement fausse route: le CD de Jean-Efflam Bavouzet ne recoupe pas celui de Brendel pour la bonne et simple raison que les pièces ici réunies ne sont pas toutes "tardives", même si la majorité le sont.

Le programme donc: un vrai parcours musical autour du thème de la nuit. Rien de factice dans le prétexte et un agencement scrupuleux qui mène à Prélude et Mort d'Isolde de Wagner, dont la Mort a été transcrite par Liszt et le Prélude par Zoltan Kocsis. Ce Prélude et Mort d'Isolde (transcription par Liszt;1867) représente aussi, malgré lui, une sorte de frontière stylistique avant/après. Avant ce point nodal ont été composés Le Grand solo de concert (1849/50), Invocation, Hymne du Matin et Hymne à la Nuit (d'après Lamartine), ainsi que, plus ou moins, la Notte (qui date de 1883 mais repose sur un matériau de la fin des années trente). Ces pièces rendent "humain" un programme par ailleurs exigeant, qui s'achève comme en suspension par En rêve, deux minutes figées après tant de tensions (cf. Mort d'Isolde).

Les pièces telles que Schlaflos! ou la Bagatelle sans tonalité témoignent bien des recherches de Liszt en matière d'harmonie, aux sourcex d'un art beaucoup plus concentré, une "ossature de musique" qui semble lutter pour exister (écoutez l'émergence étrange du Prélude funèbre!). Partout Bavouzet adopte une attitude interprétative très maîtrisée dont le principal but est de ne pas en rajouter. Ce serait facile de "cogner" ou d'enfoncer la main gauche dans les touches pour donner de gros coups de basses "forcément lugubres". Bavouzet a le goût et l'humilité d'exposer et de clarifier. Le tumulte et le tourment s'expriment, mais sans pathos ajouté, servis par la fameuse "clarté française".

C'est dans Prélude et Mort d'Isolde que Bavouzet touche au cœur du mystère installé dans le disque pendant l'heure qui précède. Là aussi, pas de suspensions infinies mais une montée en puissance implacable et des tourbillons intérieurs, un "brassage émotionnel" qui ne sont pas sans rappeler un fameux "live" de Carlos Kleiber à Stuttgart et couronnent un disque très précieux.

--Christophe Huss

Les 10/10 du mois
NO Picture Un mois de nouveautés
Au crible aujourd'hui

Search Reviews
QUI SOMMES NOUS? | LE COIN MÉDIAS | NOTATION: MODE D’EMPLOI | POURQUOI CLASSICSTODAY FRANCE?

© 2005 Classicstoday-France.com.
Tout droits de reproduction pour tous pays réservés à Classicstoday-France.com.