ClassicsTodayFrance.com - L'actualité CD, SACD & DVD classique
Search Reviews
Pourquoi Classicstoday-France
L'edito de Christophe Huss
Les nouvelles du disque
Nos annonceurs
Accueil


ROBERT SCHUMANN
Concerto pour piano
CLARA SCHUMANN
Trois Lieder
JOHANNES BRAHMS
Sonate pour violoncelle et piano n° 1; Rhapsodies pour piano op. 79 n° 1 et 2

Hélène Grimaud (piano); Anne Sofie von Otter (mezzo); Truls Mørk (violoncelle)

Staatskapelle Dresden

Esa-Pekka Salonen

Deutsche Grammophon- 4775719(CD)
Référence: aucune dans ce concept

rating

Pas de doute: Hélène Grimaud est plus à l'aise dans Brahms que dans Chopin! On peut supposer que ses fans la suivront (la sortie française a été anticipée par rapport au reste du monde) même si en sortant le disque du boîtier on la découvre couchée sous son piano, et même si le "disque-conceptuel" nous fait beaucoup changer d'ambiances. Attention DG : si on fait un "disque conceptuel" il faut veiller à ne pas enchaîner si brutalement les plages: celui entre le dernier Lied de Clara Schumann et la Sonate de Brahms est notoirement insuffisant.

La prise de son des Rhapsodies est un peu courte en graves, ne laissant pas le piano vraiment résonner et amplifiant le déficit en rondeur des graves de la pianiste (Opus 76 n° 1) surtout. Reste que les tourments romantiques de l'Opus 76 n° 2 sont impressionnants pour qui n'est pas réfractaire à une surinterprétation des écarts rythmiques et à cette petite manie d'Hélène Grimaud (cela fait partie de son arsenal expressif) d'énoncer la note un rien en retard. On peut y voir de la création de tension ou une grosse ficelle… au choix.

Mørk revient à la première sonate de Brahms, avec autant de succès mais moins de naturel rayonnant qu'avec Juhani Lagerspetz (Simax puis Virgin). Le 3e mouvement est très impressionnant, mais dans le 1er on est frappé par le problème de balance qui favorise le piano à outrance et donne l'impression que le violoncelle ne parvient pas à se libérer. Mais il faut dire que Mørk est ici (à raison) l'anti-Rostropovich, et qu'il évite de "tartiner du son".

Le partenariat von Otter-Grimaud est excellent et la pianiste française s'avère une accompagnatrice de mélodies très active et intéressante. Comme le reste du disque, le Concerto pour piano de Robert Schumann joue sur des écarts d'humeurs marqués. Parfaitement accompagné par Salonen, il contient quelques temps morts, où un Moravec a su tirer plus de substance pianistique et sonore (cf. 1er mouvement autour de 5 minutes). On est là dans la veine argerichienne de ce concerto, mais avec de grandes réussites, comme le mélange de l'allant et de la chaleur dans le volet central. Tout cela est aussi recommandable que "Credo", c'est à dire nettement plus que le 4e Concerto de Beethoven et la 2e Sonate de Chopin de la même artiste et se situe un cran en dessous de son 1er Concerto de Brahms.

--Christophe Huss

Les 10/10 du mois
NO Picture Un mois de nouveautés
Au crible aujourd'hui

Search Reviews
QUI SOMMES NOUS? | LE COIN MÉDIAS | NOTATION: MODE D’EMPLOI | POURQUOI CLASSICSTODAY FRANCE?

© 2005 Classicstoday-France.com.
Tout droits de reproduction pour tous pays réservés à Classicstoday-France.com.