ClassicsTodayFrance.com - L'actualité CD, SACD & DVD classique
Search Reviews
Pourquoi Classicstoday-France
L'edito de Christophe Huss
Les nouvelles du disque
Nos annonceurs
Accueil

ERA LA NOTTE
CLAUDIO MONTEVERDI
Lamento d'Arianna; Il Combattimento di Tancredi e Clorinda
BARBARA STROZZI
Lamento "Lagrime mie, a che vi trattenete"
PIETRO ANTONIO GIRAMO
Lamento della pazza


Anna Caterina Antonacci (soprano)

Modo antiquo

Federico Maria Sardelli

Naïve- V 5050(CD)

rating

Ce n'est pas long (45 minutes), mais c'est intense! En découvrant ce disque j'ai avant tout été frappé par sa dimension théâtrale, pour me rendre compte ensuite que le programme lui même relayait en fait un spectacle mis en scène par Juliette Deschamps, spectacle présenté ces temps-ci et qui sera assurément appelé à tourner, assurant à ce disque une audience auprès de ceux qui voudront prolonger les émotions qu'ils y auront ressenti. Je ne doute pas un instant, après avoir vu les Troyens en DVD de la présence scénique incandescente d'Anna Caterina Antonacci.

Mais cette présence est elle phonogénique? Même si l'humanité critique a, pendant des décennies, jugé un certain nombre de disques de Maria Callas en fonction du fantasme de son aura scénique et personnelle plutôt qu'en fonction de ce qui était réellement gravé dans les sillons, la question doit être posée et j'imagine que les réponses divergeront car, à ce stade, la critique devient passablement subjective. J'avoue avoir été, de premier abord, cueilli à froid, d'autant que la prise de son, intraitable, positionne l'ensemble dans un espace acoustique assez mat et proche.

On s'aperçoit pourtant assez rapidement que tout s'imbrique et que le spectacle théâtral, ce faisceau vif projeté sur des destins douloureux, est aussi un parcours, un spectacle purement sonore qui s'affranchit de toute image pour clamer sa force. La voix est placée en avant; les instruments soulignent une narration dramatique portée de "a" à "z" par Anna Caterina Antonacci. Et celle-ci, torche vocale, incantatoire, blessée, révoltée, devient de facto incomparable dans son périple.

Pour une fois, je reprendrais une phrase de la notice de présentation: "Comme le sang chaud jaillit de la blessure de Clorinde, le chant s'exhale du corps comme ultime preuve de l'existence". Et, jusqu'à la note finale, qui nous laisse en haut du précipice, c'est cela que nous entendons.

--Christophe Huss

Les 10/10 du mois
NO Picture Un mois de nouveautés
Au crible aujourd'hui

Search Reviews
QUI SOMMES NOUS? | LE COIN MÉDIAS | NOTATION: MODE D’EMPLOI | POURQUOI CLASSICSTODAY FRANCE?

© 2005 Classicstoday-France.com.
Tout droits de reproduction pour tous pays réservés à Classicstoday-France.com.