ClassicsTodayFrance.com - L'actualité CD, SACD & DVD classique
Search Reviews
Pourquoi Classicstoday-France
L'edito de Christophe Huss
Les nouvelles du disque
Nos annonceurs
Accueil

SONATES POUR VIOLON
ERNÖ DOHNANYI
Sonate pour violon et piano op. 21
JENÖ HUBAY
Sonate romantique op. 22
KAROLY GOLDMARK
Sonate pour violon op. 25

Peter Csaba (violon); Peter Frankl (piano)



Praga- PRD/DSD 250 223(SACD)
Référence: aucune

rating

Quel disque! Quel programme! Près de 80 minutes d'œuvres hongroises très peu connues, mais pas comme tant de "redécouvertes" qui tournent en eau de boudin: des vraies grandes compositions, même de la part de Jenö Hubay, si souvent peu signifiant dans ses concertos.

Il y aurait une raison de ne pas accorder 10/10 à ce SACD, c'est la respiration parfois perceptible de Peter Csaba. J'ai assez milité contre les "prises de son respiratoires" pour ne pas vous le signaler. Mais j'ajoute que cela se présente ici très épisodiquement: la prise est donc bonne, mais certains inspirations du violoniste sont fortes (situation un peu comparable à celle des Quatuors de Chostakovitch par le Quatuor Danel chez Fuga Libera).

Pour le reste, c'est du solide... Et d'abord un violoniste qui, au début, fait tendre l'oreille parce que, contrairement aux jeunes violonistes soniquement clonés, il ne fait pas de la recherche du beau son rond sa quête première. Peter Csaba est un violoniste pour lequel priment l'éloquence et le naturel. Ne traduisez pas cela par "acidité" ou "agressivité", mais préparez-vous à un discours d'une franchise à laquelle vous n'êtes plus forcément habitués (franchise très hongroise d'ailleur, quand on songe aux grands quatuors de ce pays). Le Vivace assai de la Sonate de Dohnanyi est le meilleur exemple de cet univers.

Des compositions, on peut dire que la Sonate de Dohnanyi est la plus belle sonate de Brahms que Brahms n'a pas lui-même composée. Le 1er volet, notamment, est irrésistible dans cette veine. La Sonate romantique de Hubay est sidérante pour qui connaît ses concertos. Là aussi on est dans Brahms, mais dans un Brahms plus juvénile, celui du Quintette avec piano, le tout dans une forme qui mêle le classicisme formel (ici Hubay ne se disperse pas!) et une sorte de candeur populaire (le Brahms choral des Liebesliederwalzer). Evidemment l'écriture pour violon est suprêmement réussie et achevée.

Après ces partitions de 1912 et 1884, la sonate de Goldmark nous fait remonter dans le temps (1874). Et on avance encore dans la saveur populaire, qui rappelle un peu Mendelssohn, mais avec un parfum de "romantisme viennois", une sorte d'indéfinissable vocalité post-Weber et pré-Lehár.

Ce disque allie au plus haut degré, et avec continuité et cohérence, bonheur musical et (re)découvertes intelligentes.

--Christophe Huss

Les 10/10 du mois
NO Picture Un mois de nouveautés
Au crible aujourd'hui

Search Reviews
QUI SOMMES NOUS? | LE COIN MÉDIAS | NOTATION: MODE D’EMPLOI | POURQUOI CLASSICSTODAY FRANCE?

© 2005 Classicstoday-France.com.
Tout droits de reproduction pour tous pays réservés à Classicstoday-France.com.