ClassicsTodayFrance.com - L'actualité CD, SACD & DVD classique
Search Reviews
Pourquoi Classicstoday-France
L'edito de Christophe Huss
Les nouvelles du disque
Nos annonceurs
Accueil


JOSEPH HAYDN
Symphonies (vol. 6): Symphonies n° 49: 52 et 58


Heidelberger Sinfoniker

Thomas Fey

Hänssler Classic- CD 98.236(CD)
Référence: aucune dans ce couplage

rating

Quelle bonne nouvelle que cette poursuite du cycle Haydn de Thomas Fey chez Haenssler! Ce chef qui s'est récemment montré piètre mozartien excelle à dégager les caractères sonores et les lignes de force ("d'énergie", devrais-je dire) des symphonies de Haydn.

Son volume 6, qui renferme, en guise de symphonies connues, la 49e, dite "Passione", aura sans doute un peu de mal à s'imposer sur le marché par manque de "têtes d'affiches", mais les vrais amateurs, ceux qui savent bien que Haydn n'a pas écrit de symphonies "au kilomètre" et ont compris que la force musicale de Thomas Fey ne seront pas dérangés par cela.

D'ailleurs ce n'est pas avec la 49e, mais avec la 52e Symphonie, une œuvre admirable, très archétypique du Sturm und Drang que débute le disque. C'est aussi le sommet du CD, car le chef lui donne une pulsation viscérale et hargneuse, mais sans brutalité démonstrative, ni crispation des traits et des couleurs, utilisant, par ailleurs, des effectifs idéaux. Les contrastes violents du volet initial, la douce pulsation de l'andante (sensa vibrato, mais avec des couleurs de cordes très étudiées) font mouche. En ce qui concerne le Menuet et le Presto, on connaît la verve de Fey dans les mouvements rapides et son flair dans les menuets, lui qui a enregistré comme aucun autre le trio de la 88e Symphonie. Il fait de même dans le Menuet de la 52e et dans celui de la 58e.

Le parfait Finale de la 52e Symphonie, avec ses rustiques cors naturels, une accentuation très étudiée et une cohésion exceptionnelle des cordes, trouve son écho dans le Finale de La Passione, à la limite de la suffocation (mais à la limite seulement). On sera aussi heureux de retrouver en telle compagnie la 58e Symphonie, une partition bourrée d'humour musical, portant essentiellement sur le rythme, avec son menuet dit "claudiquant" et son incroyable Finale syncopé, un véritable tour de force (d'autant plus à ce tempo).

Voici un disque Sturm und Drang qui renoue avec la passion de ceux de Derek Solomons. On peut imaginer plus souple et élégant, mais difficilement plus éloquent.

--Christophe Huss

Les 10/10 du mois
NO Picture Un mois de nouveautés
Au crible aujourd'hui

Search Reviews
QUI SOMMES NOUS? | LE COIN MÉDIAS | NOTATION: MODE D’EMPLOI | POURQUOI CLASSICSTODAY FRANCE?

© 2005 Classicstoday-France.com.
Tout droits de reproduction pour tous pays réservés à Classicstoday-France.com.