ClassicsTodayFrance.com - L'actualité CD, SACD & DVD classique
Search Reviews
Pourquoi Classicstoday-France
L'edito de Christophe Huss
Les nouvelles du disque
Nos annonceurs
Accueil


GIUSEPPE VERDI
La Traviata

Anna Netrebko (Violetta); Rolando Villazon (Alfredo); Thomas Hampson (Germont); etc.

Choeur de l'Opéra de Vienne; Orchestre philharmonique de Vienne

Carlo Rizzi

Deutsche Grammophon- 072 4189(DVD)
Référence: ce DVD-ci

rating

Inutile de faire des contorsions, ou de tourner autour du pot: "That's it!" comme on dit en Amérique...

La version audio, déjà, nous avait conquis. La vidéo remplit toutes les espérances. Netrebko est irrésistiblement belle, indubitablement Violetta (même les prises de souffle font partie de son interprétation!) et dramatiquement juste. Villazon est le grand Alfredo du moment, Rizzi se surpasse, Hampson s'admire un peu mais convainc et le spectacle de Willy Decker est aussi admirable et intelligent qu'esthétique et efficace. Brian Large le traduit à l'écran en expert avec un luxe de moyens.

Au CD on relevait les accents véristes de l'expression vocales de Netrebko. Ils prennent tout leur sens dans ce concept de course contre la montre et contre la mort. Qui ne fond pas à l'acte 2 lors de la scène Alfredo-Violetta (plage 20) et ne tremble pas lors de la confrontation du Finale du même acte "Ogni suo aver tal femmina" (plage 29) n'aime sans doute pas l'opéra! Ce n'est pas une représentation, c'est une transe collective.

La fuite du temps est matérialisée par une grande pendule, qui s'affole au départ d'Alfredo après sa rencontre avec Violetta et que celle-ci tente d'arrêter, alors qu'elle est sous l'emprise d'un personnage muet, qui, dès le début, lui remet le camélia et se présente comme le messager de la mort. Le metteur en scène a conçu par ailleurs une arène neutre (blanche éclairée de bleue, avec des personnages en noir, sauf Violetta, en rouge). Des canapés donnent la touche de style symbolisant les différents lieux de l'action. C'est spartiate mais efficace et suffisant, car Decker s'est surtout intéressé aux personnages, jusque dans leurs regards.

Le spectacle, si épuré, si pertinent, fonctionne à plein, porté par la logique et la justesse physique et vocale du couple Violetta-Alfredo. Il n'y a tout simplement pas de mots pour décrire à quel point Netrebko est ce personnage, dans tous ses sons, tous ses mots, toutes ses attitudes et tous ses regards. De fait, cette Traviata est installée aux sommets pour très longtemps. Plus longtemps, peut-être, que le records du saut en longueur de Bob Beamon en 1968 à Mexico!

--Christophe Huss

Les 10/10 du mois
NO Picture Un mois de nouveautés
Au crible aujourd'hui

Search Reviews
QUI SOMMES NOUS? | LE COIN MÉDIAS | NOTATION: MODE D’EMPLOI | POURQUOI CLASSICSTODAY FRANCE?

© 2005 Classicstoday-France.com.
Tout droits de reproduction pour tous pays réservés à Classicstoday-France.com.