ClassicsTodayFrance.com - L'actualité CD, SACD & DVD classique
Search Reviews
Pourquoi Classicstoday-France
L'edito de Christophe Huss
Les nouvelles du disque
Nos annonceurs
Accueil


GUSTAV MAHLER
Symphonie n° 2 "Résurrection"

Lisa Milne (soprano); Birgit Remmert (alto)

Choeur de la Radio hongroise; Orchestre du Festival de Budapest

Ivan Fischer

Channel Classics- 2 SACD CCS SA 23506(SACD)
Référence: Mehta-Vienne (Decca); Haitink (Philips); Abbado (DG)

rating

Après tant de disques mahlériens inaboutis ces derniers mois (Boulez, Tilson Thomas, Norrington, Eschenbach), cette 2e Symphonie par Ivan Fischer m'a fait retrouver des vertiges mahlériens dont j'avais été privé. Pour synthétiser la place de cet enregistrement dans la discographie, je dirai qu'il se situe à mi-chemin entre deux versions viennoises: celle (la meilleure) de Zubin Mehta (Decca) et celle, récente, de Gilbert Kaplan (DG).

Du premier, Fischer n'a pas la sauvagerie, mais il préserve suffisamment de tonicité pour ajouter à sa lecture, qui, en clarification de la polyphonie, ne cède en rien à Kaplan, un "geste de chef" que Gilbert Kaplan n'a pas.

Tout comme Gielen, Ivan Fischer opte pour un mouvement initial patiemment monté, qui reste un peu "en-dedans" avant, ultimement, d'exploser. Par rapport à Eschenbach ou Tilson Thomas, Fischer est un chef beaucoup plus cartésien, qui saisit parfaitement la manière de faire avancer les "thèmes féminins". Le chef hongrois opère dans la Deuxième un mélange parfait de puissance terrienne et de caractérisation sonore. Il trouve également un parfait équilibre dans les tempos, comme en témoigne le 2e mouvement, monté avec une précision horlogère.

La lisibilité de la partition, la couleur sonore idéalement équilibrée entre caricature et beauté, se conjuguent en s'agençant progressivement comme un puzzle, une approche qui culmine dans un Finale majeur. Cette approche à la fois forte et patiente (mais sans le creusement un peu abusif de Tennstedt – aucun effet, aucun surlignement chez Fischer) est magnifiée par une prise de son SACD exaltante.

Chose assez rare pour être signalée, les parties vocales sont tout simplement parfaites de sobriété de justesse de couleurs et d'efficacité. Parmi les Deuxièmes viscérales, Mehta et la dernière version Abbado dominent nettement, mais parmi les versions plus "cérébrales" et analytiques, ce disque – à écouter à bonne puissance en SACD multicanal, plutôt qu'en CD stéréo – supplante Haitink, Tennstedt et tous les autres.

--Christophe Huss

Les 10/10 du mois
NO Picture Un mois de nouveautés
Au crible aujourd'hui

Search Reviews
QUI SOMMES NOUS? | LE COIN MÉDIAS | NOTATION: MODE D’EMPLOI | POURQUOI CLASSICSTODAY FRANCE?

© 2005 Classicstoday-France.com.
Tout droits de reproduction pour tous pays réservés à Classicstoday-France.com.