ClassicsTodayFrance.com - L'actualité CD, SACD & DVD classique
Search Reviews
Pourquoi Classicstoday-France
L'edito de Christophe Huss
Les nouvelles du disque
Nos annonceurs
Accueil


DMITRI CHOSTAKOVITCH
Symphonie de chambre op. 110; Symphonie pour cordes op. 118a


Orchestre de chambre de Prague


Praga- PRD/DSD 250 232(SACD)
Référence: Barshaï (DG)

rating

En 1989 Rudolf Barshaï enregistrait à la Philharmonie de Berlin, avec l'Orchestre de chambre d'Europe pour DG, ses transcriptions pour cordes des Quatuors n° 8 et 10 de Chostakovitch, transcriptions respectivement connues sous les vocables de Symphonie de chambre op. 110 et de Symphonie pour cordes op. 118a. Ce disque-choc, trop brièvement exploité par le label, mit en lumière le symphonisme inhérent aux Quatuors n° 8 et 10.

Les orchestrations de Barshaï ont été réalisées avec l'assentiment de Chostakovitch et l'orchestration surpasse largement une simple translation à un ensemble plus important. Il est intéressant de considérer les quatuors et les symphonies de chambres comme deux entités différentes. Par exemple, dans l'Opus 110, le jeu des plans sonores (tenue lancinante vs accords lapidaires aux début du premier Largo) est plus qu'impressionnant en formation orchestrale: cela vous attaque le myocarde!

Il y a eu maints disques pour célébrer ces deux années Chostakovitch successives, mais celui de l'Orchestre de chambre de Prague (des "lives" sublimement retranscrits en multicanal) occupe une place à part. Il parvient en tous cas à combiner deux choses a priori antinomiques: la beauté intrinsèque des timbres et la force électrisante de l'expression. Écoutez la hargne mais aussi la cohésion de l'Allegro furioso de l'Opus 118a pour vous en convaincre! Je sais que l'analogie est trop facile, mais imaginez simplement un Quatuor Prazak géant...

Pour universaliser le message, Praga a choisi de compléter le disque avec l'intemporel Adagio de Barber dans une configuration identique: c'est-à-dire un élargissement (par le compositeur) d'un quatuor à l'orchestre à cordes. Là aussi l'interprétation de l'orchestre pragois est excellente - jamais sirupeuse et toujours intense et tenue. Il est aussi intéressant d'entendre l'Adagio en "formation intermédiaire" entre le quatuor et l'orchestre symphonique.

Et s'il vous reste une once de gaîté après tant de douleur vous pourrez toujours la laminer en écoutant la Tallis Fantasia de Vaughan Williams par Barbirolli chez EMI...

--Christophe Huss

Les 10/10 du mois
NO Picture Un mois de nouveautés
Au crible aujourd'hui

Search Reviews
QUI SOMMES NOUS? | LE COIN MÉDIAS | NOTATION: MODE D’EMPLOI | POURQUOI CLASSICSTODAY FRANCE?

© 2005 Classicstoday-France.com.
Tout droits de reproduction pour tous pays réservés à Classicstoday-France.com.