ClassicsTodayFrance.com - L'actualité CD, SACD & DVD classique
Search Reviews
Pourquoi Classicstoday-France
L'edito de Christophe Huss
Les nouvelles du disque
Nos annonceurs
Accueil


WOLFGANG AMADEUS MOZART
Symphonies n° 38 “Prague” et 41 “Jupiter”


Orchestre baroque de Fribourg

René Jacobs

Harmonia Mundi- HMC 901 958(CD)
Référence: CD unique en son genre!

rating

Voici l'un des CD les plus délicats qu'il m'ait été donné de commenter. Non pas tant en termes de description des faits que dans la matérialisation de la sacro-sainte notation. Je parie que sur un échantillonnage de mélomanes amateurs de Mozart les notes iraient de 2 à 10 avec peu de 4, 5, 6 ou 7: beaucoup de 2 ou 3 d'un côté, et de 9 ou 10 de l'autre.

Que peut-on, que doit-on faire avec la musique de Mozart? Une entrevue musicalement détaillée avec René Jacobs dans le livret (on peut passer 3 pages à discuter de l'articulation du Menuet de la Jupiter!) aurait été mille fois plus intéressante qu'un texte "lambda" sur les œuvres. Je ne peux donc que me faire le porte-parole des intentions qui me paraissent guider ce que j'entends.

Premier postulat de Jacobs: ces symphonies de l'après-Noces de Figaro sont des opéras sans paroles. Elles sont donc davantage habitées par une vie théâtrale que par une tradition classique. Second postulat: il n'y a pas de véritables limites à l'ambitus de l'expression de cette vie théâtrale. Donc, dans la lecture de Jacobs, cet ambitus est extrêmement large. On pense évidemment au disque coup de poing, violent, de Minkowski (Archiv), que, pour ma part, j'ai détesté. On peut juger que Jacobs va encore plus loin et est donc encore moins recevable. Mais, à mes oreilles, Minkowski fait du simple "rentre dedans", alors que la rhétorique de Jacobs me fascine.

Cette fascination est-elle perverse, oui ou non? Sur cette réponse se diviseront ceux qui attribuent 2 ou 3 et ceux qui notent 9 ou 10. Oui, ce disque met mal à l'aise. A priori, en scrutant la partition, on ne voit pas où Jacobs trouve toutes ces ombres et ces lumières, ces affirmations et ces échos, ces respirations avec des petits temps d'arrêts ou ces ralentis. Et pourtant, ce que j'entends fait sens: des situations musicales comparables sont traitées avec la plus totale logique. Même si elle heurte totalement nos habitudes, la respiration nouvelle nous captive.

Dès l'introduction de la Symphonie n° 38, Jacobs montre que son interprétation ne sera pas comme les autres, puisqu'il ne joue pas les appoggiatures. Sur l'ensemble, en y regardant bien, ce qu'on observe c'est qu'aux reprises Jacobs applique une ornementation comme s'il s'agissait de lignes vocales. Cette ornementation se traduit par l'ajout d'une ligne instrumentale, par un petit temps d'arrêt, un piano subito, bref une "surprise" qui vient enrichir la musique par rapport à une simple da capo. J'ai même l'impression que plus la phrase est reprise plus Jacobs "en met" pour l'habiller. Le Menuet de la 41e est un très bon exemple de cela.

La discussion, alors, se résume à un autre niveau, plus substantiel que le "j'aime-j'aime pas": les ornementations sont-elles de bon goût, toutes de bon goût, mesurées ou outrancières (c'est sur les "temps suspendus" que je reste encore un peu sceptique)? Si Mozart est une icône de porcelaine à vos yeux, tout cela restera odieux. Si vous pensez que le Mozart des dernières années est le musicien de la Révolution, ce disque vous laissera extatique. Ceci pose, il y a bien d'autres choses ici, par exemple une montée vers la lumière du Finale de la Jupiter (trompettes au début de la coda), qui fait penser à une cérémonie maçonnique

Alors oui, intéressé, toujours; fasciné, souvent; irrité, rarement, j'ai choisi de m'engager et de noter ce CD, mu par une intelligence supérieure, comme on note un événement hors du commun, par un 10/10. Mais, attention, c'est une bombe. Vous aurez été prévenus.

--Christophe Huss

Les 10/10 du mois
NO Picture Un mois de nouveautés
Au crible aujourd'hui

Search Reviews
QUI SOMMES NOUS? | LE COIN MÉDIAS | NOTATION: MODE D’EMPLOI | POURQUOI CLASSICSTODAY FRANCE?

© 2005 Classicstoday-France.com.
Tout droits de reproduction pour tous pays réservés à Classicstoday-France.com.