ClassicsTodayFrance.com - L'actualité CD, SACD & DVD classique
Search Reviews
Pourquoi Classicstoday-France
L'edito de Christophe Huss
Les nouvelles du disque
Nos annonceurs
Accueil


BÉLA BARTOK
Quatuors à cordes n° 1 et 2


Quatuor Parkanyi


Praga- PRD/DSD 250 235(SACD)
Référence: Quatuor Keller (Erato); Quatuor Hongrois (DG)

rating

Les Parkanyi poursuivent leur fascinante intégrale. "Fascinant" remplace l'adjectif "éblouissant", que l'on utilise souvent pour caractériser une nouvelle version qui nous fait nous sentir meilleurs et plus avertis des œuvres qu'elle défend. Car, justement, Les Parkanyi ne cherchent pas le moins du monde à être "éblouissants".

Alors que nombre de versions des dix dernières années ont joué sur l'éclat et la technicité, les tensions (harmonies, timbres), les Parkanyi misent sur la concentration et l'agogique. Le fameux 2e mouvement du 2e Quatuor est assurément ici "allegro molto capriccioso", donc plus "molto capriccioso" qu'"allegro molto", lui si souvent devenu un "mouvement de démontration".

L'habileté et la force des Parkanyi est très exactement là, dans cette manière de ne pas se laisser embarquer par l'instrumentalité de Bartok, mais de traduire avant tout l'essence des œuvres, de ce que Pierre-Émile Barbier nomme si justement "la ruralité savante de l'écriture", formule parfaite, notamment s'agissant du 2e Quatuor.

La concentration, nous la trouvons dès le 1er mouvement du 1er Quatuor au chromatisme dense, qui semble rebondir sur les ultimes paroles de Beethoven, celles où l'air paraît se raréfier, dans des contrées harmoniques inattendues. La force individuelle des membres des Parkanyi (le violoncelliste!) et leur tempérance en matière de tempos leur permet de "labourer la musique" en profondeur, de manière décantée mais pas stérilement analytique.

Il n'y a aucun "geste" dans cette interprétation parfaitement posée et construite (écoutez le Finale du 1er Quatuor), dont l'objectif semble également la mise en lumière très cadrée et claire de la variété rythmique de l'écriture de Bartok. Le disque s'achève parfaitement, par un Lento final de 2e Quatuor gris comme un lac gelé en hiver, sans la moindre sollicitation éplorée.

Du grand art, le plus délicat, le plus précieux: celui qui n'a pas l'air d'y toucher...

--Christophe Huss

Les 10/10 du mois
NO Picture Un mois de nouveautés
Au crible aujourd'hui

Search Reviews
QUI SOMMES NOUS? | LE COIN MÉDIAS | NOTATION: MODE D’EMPLOI | POURQUOI CLASSICSTODAY FRANCE?

© 2005 Classicstoday-France.com.
Tout droits de reproduction pour tous pays réservés à Classicstoday-France.com.