ClassicsTodayFrance.com - L'actualité CD, SACD & DVD classique
Search Reviews
Pourquoi Classicstoday-France
L'edito de Christophe Huss
Les nouvelles du disque
Nos annonceurs
Accueil


GUSTAV MAHLER
Symphonie n° 3; Bach Suite

Petra Lang (mezzo-soprano)

Choeur philharmonique de Prague; Choeur d'enfants des Pays-Bas; Orchestre Royal du Concertgebouw d'Amsterdam

Riccardo Chailly

Decca- 2 CD 475 514-2(CD)
Référence: Bernstein (Sony et DG); Kubelik (Audite); Boulez (DG)

rating

Très longtemps la Troisième était, avec la Septième, la moins bien lotie des symphonies de Mahler au disque. La discographie était archi-dominée par les gravures de Leonard Bernstein, qui incarnait véritablement cette oeuvre, même s'il ne faut pas oublier la beauté de la première version Haitink (Philips). Cette situation s'est éclaircie ces toutes dernières années, avec la parution d'un éminent "live" de Kubelik, puis de deux gravures plus "objectives" mais très convaincantes, signées Boulez (DG) et Gielen (Haenssler).

Or voilà que Chailly frappe encore plus fort que dans sa Cinquième. On sort de l'audition de sa Troisième (complétée par une suite boursouflée et anecdotique d'après les Suites orchestrales de Bach, mais on ne va pas se plaindre d'avoir un complément alors que tant d'autres versions n'en offrent pas...) complètement ébranlé et subjugué. Ebranlé, parce qu'on ne s'imaginait pas, même en rêve, qu'il y avait encore tant de choses à fouiller et à révéler dans cette partition (ne serait que la partie de grosse caisse dans le volet initial, un pur chef-d'œuvre, qui rappelle la vidéo de Bernstein à Vienne). Subjugué, par tant de justesse... Partout, dans le moindre recoin de la partition, la moindre couleur (la performance des vents est hors normes), le moindre équilibre, tempo ou phrasé, on se dit que Chailly vise juste, qu'il a trouvé la bonne solution au bon problème. Le finale est archétypique de cette réussite: parfaitement dosé, tant dans les tempos que dans le vibrato ou la manière d'appuyer telle ou telle inflexion, il est à la fois un modèle d'éloquence, d'émotion et de bon goût.

Chailly est épaulé dans cette entreprise par un orchestre tout simplement miraculeux, qui conjugue à la perfection technique un engagement forcené comme on n'en entend que très rarement au disque. Ecoutez, par exemple, ce que font les clarinettes ou les trompettes, glorieux parmi les glorieux, tout au long de ce parcours exemplaire. Au delà de la "performance", Chailly a trouvé la clé de cette symphonie, le point d'équilibre, qui fait que tout s'enchaîne que tout s'imbrique avec une logique parfaite. C'est pour cela que le résultat s'impose, et ce avec d'autant plus évidence que la prise de son est de démonstration.

La Troisième de Mahler par Chailly est aujourd'hui non seulement une référence discographique parmi d'autres, c'est "la" référence, tout simplement.

Parutions:11 mai 2004 au Canada et 1er juin 2004 en France

--Christophe Huss

Les 10/10 du mois
NO Picture Un mois de nouveautés
Au crible aujourd'hui

Search Reviews
QUI SOMMES NOUS? | LE COIN MÉDIAS | NOTATION: MODE D’EMPLOI | POURQUOI CLASSICSTODAY FRANCE?

© 2005 Classicstoday-France.com.
Tout droits de reproduction pour tous pays réservés à Classicstoday-France.com.