ClassicsTodayFrance.com - L'actualité CD, SACD & DVD classique
Search Reviews
Pourquoi Classicstoday-France
L'edito de Christophe Huss
Les nouvelles du disque
Nos annonceurs
Accueil


JOHANN SEBASTIAN BACH
Suites pour violoncelle seul (DVD bonus : 3e Suite et "making of")

Jean-Guihen Queyras (violoncelle Gioffredo Cappa; 1696)



Harmonia Mundi- 2 CD HMC 901970.71(CD)
Référence: Casals (EMI); Wispelwey II (Channel)

rating

Ô horreur, Ô malédiction! C'est affreux, vraiment. Imaginez donc: Jean-Guihen Queyras n'est pas Anglais, il ne parle pas de Jésus-Christ quand il joue les Suites de Bach, il n'a pas la presse anglophone éblouie à ses pieds et n'aura donc pas son petit hochet annuel du plus éminent représentant de notre MMMC (Merveilleux Monde de la Musique Classique™). Pire encore: sa version discographique n'évolue pas aux limites de l'inécoutable et, sacrilège suprême, elle est l'une des mieux enregistrées de l'histoire de cette œuvre. On ne parle même pas du fait que c'est édité par un éditeur français!

Curieusement, on n'y pense plus vraiment, mais avec Fournier, Navarra et Tortelier, la France musicale n'a pas eu à rougir lorsqu'on évoque la discographie des Suites de Bach. Mieux encore, avec Jérôme Pernoo (Ligia) et Jean-Guihen Queyras (HM), deux "leaders" en matière d'enregistrement de ces oeuvres par les nombreux artistes français qui les fréquentent, elle continue à s'affirmer au sein de la discographie moderne.

La version de Pernoo, qui a ses aficionados (je la trouve excellente mais elle ne me fait pas grimper aux rideaux), et celle de Queyras diffèrent fondamentalement. Pernoo est léger et bondissant. Le son est un peu sec et capte la respiration de l'artiste. Queyras, tout à l'opposé, combine le rebond dans le mouvement et une matière sonore infiniment (oui "in-fi-ni-ment") plus riche et dense. Le son de cet enregistrement (je ne parle pas de prise de son mais de "matière sonore") est tout simplement renversant.

Lorsqu'il avait présenté les Suites en concert, Queyras leur avait juxtaposé des oeuvres contemporaines, comme un exercice pour rendre disponibles les oreilles, balayer la tradition. On trouve en effet dans cet enregistrement une approche rigoureuse, bâtie sur une alliance du son et de la pulsation, à un degré d'équilibre et d'intensité auquel je ne trouve pas d'équivalent. Un Heinrich Schiff, par exemple, est plus militant et moins sonnant... Il importe aussi de préciser qu'on est ici dans un univers conscient du style et on ne s'égare pas dans des extrapolations rostropovitchiennes.

En fait, il est très rare de trouver un musicien qui allie une vision aussi pénétrante et une expertise instrumentale pareille. Mettre en exergue tel ou tel mouvement, telle ou telle danse ne rimerait à rien. Si vraiment vous désirez "tester avant d'acheter", écouter la succession Courante-Sarabande de la 5e Suite (CD 2 plage 9 et 10)…

Qui aurait pu imaginer, quand il était encore "le violoncelliste du contemporain", que Queyras serait un jour; par son équilibre et sa substance, "le Petrus de la discographie des Suites de Bach" ? Cet album me bouleverse l'esprit et les sens, et je n'ai vraiment pas fini d'en épuiser la substance...

--Christophe Huss

Les 10/10 du mois
NO Picture Un mois de nouveautés
Au crible aujourd'hui

Search Reviews
QUI SOMMES NOUS? | LE COIN MÉDIAS | NOTATION: MODE D’EMPLOI | POURQUOI CLASSICSTODAY FRANCE?

© 2005 Classicstoday-France.com.
Tout droits de reproduction pour tous pays réservés à Classicstoday-France.com.