ClassicsTodayFrance.com - L'actualité CD, SACD & DVD classique
Search Reviews
Pourquoi Classicstoday-France
L'edito de Christophe Huss
Les nouvelles du disque
Nos annonceurs
Accueil


LUDWIG VAN BEEETHOVEN
Symphonies n° 1 et 6 "Pastorale"


Minnesota Orchestra

Osmo Vänskä

BIS- SACD -1716(SACD)
Référence: Ce couplage : Szell (Sony)

rating

Après une immersion dans les visions beethovéniennes de Paavo Järvi en 2007, avec les deux premiers volumes de son intégrale et (en ce qui me concerne) l'audition du cycle complet en concert, je craignais de moins apprécier le travail d'Osmo Vänskä.

Il n'en a rien été et je puis dire qu'à l'été 2007, la Pastorale d'Osmo Vänskä, documentée ici, était plus accomplie et fouillée que celle donnée en concert par Järvi (qui ne l'a pas encore enregistrée). Les auditeurs déroutés par l'activisme forcené de la Deutsche Kammerphilharmonie de Paavo Järvi, trouveront d'ailleurs ici plus de rondeur, avec un orchestre plus cossu, mais jamais massif.

La manière de Vänskä d'illuminer l'orchestre de l'intérieur dans la 1re Symphonie rappelle les grands enregistrements de symphonies de Mozart par Rudolf Kempe, rien de moins. Les accents sont marqués mais moins vitriolés que chez Järvi, la précision et la légèreté égalent la grande réussite de Skrowaczewski (Oehms Classic), mais avec un orchestre supérieur, servi par une prise de son SACD de référence.

Le point commun entre Vänskä et Järvi est le fait de considérer que lorsque Beethoven ajoute ou retranche un instrument au tissu orchestral, ou lorsqu'un instrument se voit confié une dynamique supérieure aux autres, cela doit s'entendre. Il en résulte un savant mélange (écoutez l'énoncé du 2e mouvement de la 1re Symphonie) entre la mélodie et l'accompagnement. Un tel rééquilibrage des strates sonores bénéficiera sans doute bientôt au 2e mouvement de la 7e Symphonie, dans lequel il y a encore quelques belles opportunités interprétatives à creuser. On notera ici le dosage très subtil des cors et bassons.

Mais la merveille absolue du disque est la Pastorale. Trouvant la pulsation optimale et le phrasé idéalement fluide, Vänskä, sur cette respiration innée (les deux premiers mouvements sont tout simplement parfaits...), creuse la polyphonie et met en scène un kaléïdoscope de sons. Attention mise en scène ne signifie pas ici "tripatouillage". Tout coule parfaitement, mais tout apparaît translucide, simple, évident, éclairé et, en même temps, infiniment riche.

C'est là la différence majeure entre Vänskä et Järvi. Le chef finlandais ne cherche jamais à réinventer un phrasé ou à "provoquer l'attention". Il parvient, comme Barenboïm, mais de manière plus transparente et plus cursive, à éveiller nos sens à de nouveaux parfums et nouveaux équilibres.

Ce n'est pas pour rien qu'il renonce à un orage de poème épique (façon Mengelberg ou Abendroth) pour en faire de la "simple musique éloquente", avec des moyens musicaux, et non une "scénographie sonore". C'est pour cette honnêteté et inventivité que ce disque aussi magique que nourrissant, gagne des points à chaque réécoute.

--Christophe Huss

Les 10/10 du mois
NO Picture Un mois de nouveautés
Au crible aujourd'hui

Search Reviews
QUI SOMMES NOUS? | LE COIN MÉDIAS | NOTATION: MODE D’EMPLOI | POURQUOI CLASSICSTODAY FRANCE?

© 2005 Classicstoday-France.com.
Tout droits de reproduction pour tous pays réservés à Classicstoday-France.com.