ClassicsTodayFrance.com - L'actualité CD, SACD & DVD classique
Search Reviews
Pourquoi Classicstoday-France
L'edito de Christophe Huss
Les nouvelles du disque
Nos annonceurs
Accueil


WOLFGANG AMADEUS MOZART
Concertos pour piano n° 17 et 18 (K. 453 et 456)

Christian Zacharias (piano et direction)

Orchestre de chambre de Lausanne


MDG- MDG 940 1488-6(SACD)
Référence: ce disque en SACD et dans ce couplage

rating

Écouter ce disque après le prétentieux Empereur selon Mikhaïl Pletnev fait reprendre confiance en l'art, la musique et les vertus cardinales du naturel et de l'intégrité artistique. Christian Zacharias prend son temps pour construire sa nouvelle collection de Concertos de Mozart, mais le résultat artistique ne s'en porte que mieux. L'écoute de ces deux merveilles donne l'impression que pendant plusieurs mois le pianiste et chef a rencontré les après les autres chaque pupitre de son orchestre. Chaque bois, notamment, sait exactement à quel moment, quel dosage, quel relief il doit créer dans son dialogue avec le piano.

Un peu dans la continuité de l'esprit de Bach, mais avec simplement une phalange orchestrale élargie, le concerto mozartien devient ici avant toute chose un dialogue chambriste, où le pianiste ne concerte pas avec un "groupe", mais successivement avec des individualités bien définies et variables de ce groupe. Les concertos de Mozart par Zacharias et ses musiciens c'est vraiment de la musique de chambre à grande échelle.

Le second point saillant, qui ressort de ce troisième volume, est la force du musicien de reconsidérer le temps. Il ne s'agit pas pour lui de se lancer dans le romantisme fleur bleue, mais de laisser le temps installer une concentration, une sorte de recueillement. Il n'y a pas ici de prime donnée à quelque "pulsation musicologique", mais la volonté de prendre le temps de laisser la musique s'épanouir. De ce point de vue c'est une recherche proche (quoique plus simple dans son expression) de ce que fait Daniel Barenboïm dans ses récents concertos de Beethoven.

Le Mozart de Zacharias ne connaît donc pas les allegros précipités ou les mouvements lents dans lesquels la pulsation l'emporterait sur la phrase musicale. De ce point de vue la sagesse qui illumine un 17e Concerto – que je n'ai jamais, ni de près, ni de loin, entendu aussi sublime – est digne d'un Ivan Moravec (mais d'un Moravec qui, en plus, aurait transpercé les secrets de l'orchestre).

Ce disque est indispensable à tous les amateurs de piano mozartien.

--Christophe Huss

Les 10/10 du mois
NO Picture Un mois de nouveautés
Au crible aujourd'hui

Search Reviews
QUI SOMMES NOUS? | LE COIN MÉDIAS | NOTATION: MODE D’EMPLOI | POURQUOI CLASSICSTODAY FRANCE?

© 2005 Classicstoday-France.com.
Tout droits de reproduction pour tous pays réservés à Classicstoday-France.com.