ClassicsTodayFrance.com - L'actualité CD, SACD & DVD classique
Search Reviews
Pourquoi Classicstoday-France
L'edito de Christophe Huss
Les nouvelles du disque
Nos annonceurs
Accueil


ROBERT SCHUMANN
L'Oeuvre de chambre et pour piano (vol 4): Humoreske op. 20; Sonate pour piano n° 1 op. 11; Bunte Blätter op. 99; Études symphoniques op. 13

Éric Le Sage (piano)



Alpha- 2 CD ALPHA 124(CD)
Référence: aucune dans ce couplage

rating

Pas de surprise; c'est ce qu'on appelle une valeur sûre! Au fur et à mesure que se succédaient les disques Beethoven de Stephen Kovacevich (EMI) ou les Schubert de Mitsouko Uchida (Philips), on sentait que l'intégrale ou l'anthologie (Schubert) qui en résulterait à terme ferait office de référence moderne. C'est exactement la même chose avec les Schumann de Le Sage.

J'ai assez écrit et répété que "pianiste schumannien" ça ne s'invente pas. C'est même une qualité, un flair, une patte qui ne s'apprend pas. Certains savent, d'autres (même éminents) pas. Éric Le Sage a déjà fait ses preuves en la matière. Pour vérifier que ce fond schumannien est à tout épreuve, il y a un test imparable : les cinq premières minutes de la Sonate n° 1. Les "vrais" - ceux qui "l'ont" - y enterrent les autres. C'était le cas lorsque Guilels jouait cette sonate en concert. C'est le cas avec Le Sage.

Outre la souplesse de l'agogique, la maîtrise de la dynamique (et la patience dans les crescendos) le point spécifique à mentionner dans ce cas-ci est le choix, pour les Études symphoniques de regrouper les cinq variations posthumes et de les intercaler entre la 8e et la 9e Variation. Sur ce point précis, je préfère le choix d'Alberto Nosè (entre les Variations 5 et 6), qui crée un îlot central. Évidemment, Le Sage repêche également les Variations dites "Études 3 et 9" supprimées de l'édition 1852 et exécutées en général depuis les éditions suivantes.

Au vu de ce qu'on avait déjà entendu d'Eric Le Sage il n'y avait pas lieux de s'inquiéter sur la traduction des élans du Schumann des années 1833-1839 (Sonate, Humoresques, Etudes symphoniques). Les Bunte Blätter, bien que portant le numéro d'opus 99 ne posent en fait pas de problème différent, puisqu'il s'agit de la réunion de pièces éparses composées entre 1836 et 1849 et pas d'une oeuvre d'introspection tardive, comme le sont les Chant de l'aube, op. 133.

La partie la plus délicate des Bunte Blätter est le groupe des six dernières de ces quatorze pièces (Novelette, Prélude, Marche, Musique nocturne, Scherzo et Marche rapide). Le Sage s'en tire parfaitement, trouvant dans les pièces les plus atypiques (marches) une articulation plus décantée et toujours très nette.

Un album, par ailleurs sublimement enregistré, à acquérir les yeux fermés.

--Christophe Huss

Les 10/10 du mois
NO Picture Un mois de nouveautés
Au crible aujourd'hui

Search Reviews
QUI SOMMES NOUS? | LE COIN MÉDIAS | NOTATION: MODE D’EMPLOI | POURQUOI CLASSICSTODAY FRANCE?

© 2005 Classicstoday-France.com.
Tout droits de reproduction pour tous pays réservés à Classicstoday-France.com.