ClassicsTodayFrance.com - L'actualité CD, SACD & DVD classique
Search Reviews
Pourquoi Classicstoday-France
L'edito de Christophe Huss
Les nouvelles du disque
Nos annonceurs
Accueil


JOHN ANTILL
Corroboree (ballet); An Outback Overture


Orchestre symphonique de Nouvelle-Zélande

James Judd

Naxos- 8.570241(CD)
Référence: ce disque

rating

Corroboree de l'Australien John Antill (1904-1986) est une oeuvre de 40 minutes qui ravira tous les amateurs de gros symphonisme exotique. Si cette oeuvre a été couplée sur disque par son créateur, Eugene Goossens, avec des compositions de Ginastera, ce n'est pas un hasard. On trouve dans Corroboree une sorte d'animalité qui peut faire penser à la musique d'Amérique du Sud et de Ginastera. Corroboree est un ballet décrivant une cérémonie rituelle. C'est l'oeuvre la plus connue d'Antill, compositeur qui s'est intéressé aux musiques de tradition aborigènes. En ce sens Antill est en quelque sorte le Bartok d'Australie et Corroboree son Concerto pour orchestre.

Après la première écoute, et surtout le délirium kitsch des ultimes minutes de la "Cérémonie de clôture" qui utilise de manière massive un instrument aborigène appelé rhombe (bullroarer en anglais), qui imite le grognement d'un buffle, on a hâte de réécouter, juste pour vérifier si on n'a pas rêvé en technicolor! Il faut donc signaler qu'Antill ne lésine pas sur les moyens pour faire ressortir l'aspect rituel de la chose. Si vous n'aimez pas les musiques symphoniques un peu lourdes (genre bataille dans Ein Heldenleben - même si la couleur de l'orchestre d'Antill, très claire et variée au niveau de la percussion, n'a rien à voir avec celle d'Antill), passez votre chemin. Mais si vous appréciez Ginastera, Villa Lobos, Le Sacre du printemps et la Grand Canyon Suite de Grofé, ajoutez-donc une partition à votre panoplie.

Car Corroboree est avant tout une "musique de carte postale" superbement écrite. Son intérêt ne tient pas qu'au matraquage cérémoniel, mais dans la subtilité (cf. L'Étoile du matin), Antill sait aussi très bien faire parler l'orchestre. On notera que la fin de "Soleil levant" (passage assez Grand Canyon Suite) semble être une copie de la musique de Bernard Hermann pour La Mort aux trousses. Mais, écrite en 1946, l'oeuvre d'Antil précède La Mort aux trousses... L'efficacité est de mise dès la Cérémonie de bienvenue qui ouvre ce ballet: le motif vous rentre dans l'esprit et ne vous quitte plus. On notera au passage la réussite de la Danse de la pluie.

Goosens a créé Corroboree à Sidney. Il en a enregistré à deux reprises une version raccourcie (Suite): une fois à Sidney en mono (réédition Dutton, couplée avec du Bax), une fois pour Everest avec le LSO en 1960 (diverses rééditions en CD). Corroboree a été gravé dans son intégralité en 1977 par John Lanchberry à Sidney pour EMI. les effets sonores (notamment du disque Everest) ont ravi les hifistes, mais l'oeuvre ne s'est pas vraiment imposée au répertoire.

James Judd aborde Corroboree avec l'envie d'en découdre et des tempos soutenus. Il met l'emphase sur la percussion très variée (parfois preque trop en avant) et la précision rythmique. La prise de son (dans une acoustique un peu sèche), n'est pas une référence, mais n'est pas handicapante au point de nous détourner d'accorder un 10/10 enthousiaste et hilare (cf. la fin !!!) à ce disque positivement fou. Oui, il y a moyen de faire mieux, avec une équipe technique du genre Tritonus ou Reference Recordings, mais comme on a attendu trente ans entre deux versions, on ne va pas être trop regardant.

--Christophe Huss

Les 10/10 du mois
NO Picture Un mois de nouveautés
Au crible aujourd'hui

Search Reviews
QUI SOMMES NOUS? | LE COIN MÉDIAS | NOTATION: MODE D’EMPLOI | POURQUOI CLASSICSTODAY FRANCE?

© 2005 Classicstoday-France.com.
Tout droits de reproduction pour tous pays réservés à Classicstoday-France.com.