ClassicsTodayFrance.com - L'actualité CD, SACD & DVD classique
Search Reviews
Pourquoi Classicstoday-France
L'edito de Christophe Huss
Les nouvelles du disque
Nos annonceurs
Accueil

HOMMAGE
Oeuvres pour violon et piano de BAZZINI; DE FALLA; ELGAR; SVOTT; DINICU; RAVEL; WIENIAWSKI; KREISLER; etc.
Douze instruments (neuf violons et trois altos) de la collection Fulton

James Ehnes (violon); Eduard Laurel (piano)



Onyx- Onyx 4038(CD)
Référence: aucun équivalent

rating

Il est de retour, le violiste hallucinant des premiers disques, qui s'était un peu embourgeoisé. James Ehnes, quand il joue comme cela est tout simplement un géant. Il nous agrippe dès la Ronde des lutins de Bazzini (plage 1) et nous gagne à sa cause par l'intensité de sa sonorité dans la Suite populaire espagnole de Manuel de Falla, transcrite par Kochanski. Sa manière de jouer Nana (plage 3), comme sur un souffle, est tout simplement bouleversante.

En fait, le disque a pour but d'illustrer divers violons d'une collection parmi les plus riches au monde, la collection Fulton: six Stradivarius, deux Guarneri Del Gesù, un Pietro Guarneri, ainsi que trois altos. La juxtaposition d'instruments de haut calibre avait déjà été illustrée dans un disque Tacet. On avait alors remarqué que l'exercice n'avait sans doute un caractère édifiant que pour les spécialistes.

Ehnes déroule donc un parcours de petites pièces de virtuosité en variant ses "partenaires", avant de faire sonner les neuf violons dans un même extrait (en solo) de la Fantaise écossaise de Bruch et les trois altos dans un extrait de Harold en Italie de Berlioz. C'est dans ce dernier exercice que la différence est la plus notable, les trois instruments étant distants d'un siècle chacun. On admirera la couleur du Andrea Guarneri et la puissance du Guadagnini.

Pour les violons, on est étonné du son qu'Ehnes parvient à tirer de "belles endormies", dont, par exemple, le Stradivarius "La Pucelle" qui n'a jamais été enregistré. La limite de "l'exercice" étant évidemment que s'il la jouait pendant six mois, cette vierge enfin efflorée sonnerait différemment. Par ailleurs, il faut signaler que celui qui manie l'instrument n'est absolument pas "neutre" par rapport à celui-ci. Si vous trouvez que tel Stradivarius sonne mieux que tel autre avec James Ehnes, la sensation pourrait être totalement opposée avec Julia Fischer ou Gil Shaham.

Plutôt que de considérer cet exercice comme l'objet même du disque, je préfère donc l'aborder comme un complément d'autant plus instructif que James Ehnes lui-même raconte dans un parfait livret (bilingue français-anglais) l'histoire de chaque instrument. Pour illustrer encore plus avant l'élaboration de ce projet, un DVD de plus d'une heure et demie joint l'image à la parole et à la musique.

Pour ce qui m'intéresse le plus, les 65 minutes de programme de miniatures – des grands classiques genre (outre ceux mentionnés) Hora Staccato de Dinicu, Pièce en forme de Habanera de Ravel, Salut d'amour et La capricieuse d'Elgar, Etude-Caprice de Wieniawski –, le parcours est tout simplement stupéfiant; l'un des plus beaux récitals du genre depuis le Salut d'amour de Shaham il y a dix ans chez DG.

Totalement incontournable si vous vous intéressez au violon (et à l'alto).

--Christophe Huss

Les 10/10 du mois
NO Picture Un mois de nouveautés
Au crible aujourd'hui

Search Reviews
QUI SOMMES NOUS? | LE COIN MÉDIAS | NOTATION: MODE D’EMPLOI | POURQUOI CLASSICSTODAY FRANCE?

© 2005 Classicstoday-France.com.
Tout droits de reproduction pour tous pays réservés à Classicstoday-France.com.