ClassicsTodayFrance.com - L'actualité CD, SACD & DVD classique
Search Reviews
Pourquoi Classicstoday-France
L'edito de Christophe Huss
Les nouvelles du disque
Nos annonceurs
Accueil


KAROL SZYMANOWSKI
Concertos pour violon n° 1 et 2
BENJAMIN BRITTEN
Concerto pour violon op. 15

Frank Peter Zimmermann

Orchestre philarmonique de Varsovie
Orchestre symphonique de la Radio suédoise

Antoni Wit
Manfred Honeck

Sony Classical- 88697439992(CD)
Référence: Lubotsky et Hope (Britten); Kulka (Szymanowski)

rating

Quelle pure merveille... D'abord, merci à Sony et à Frank Peter Zimmermann pour ce couplage parfait. Il est temps que l'on intègre effectivement dans le répertoire les grands concertos du XXe siècle -- outre ceux de Berg, Prokofiev, Barber, Chostakovitch, etc. déjà entérinés... En effet, le temps est venu pour que l'on s'intéresse aux concertos majeurs de notre temps (Vasks, Lindberg, etc.), mais, pour cela, certains référents ont besoin d'être assimilés. Les deux concertos de Szymanowski et celui de Britten font partie de ces œuvres et les retrouver regroupés sur un disque dans une interprétation majeure est important.

Pendant deux décennies après l'enregistrement de Mark Lubotsky le Concerto de Britten a été un peu mis sous le boisseau. Il émerge depuis une dizaine d'années, depuis que des violonistes importants (Vengerov, Hope, Mordkovitch, Zimmermann) s'y sont intéressés. À juste raison: l'incandescent Opus 15 de Britten est aussi grand que le 1er Concerto de Chostakovitch et les concertos de Prokofiev et c'est à présent le moment de le comprendre. Il m'est difficile d'y départager Daniel Hope et Frank Peter Zimmermann tous deux aussi puissants et intenses sur le plan sonore. Le programme du présent CD m'intéresse cependant davantage.

Puisse-t-on ne pas continuer à sous-évaluer Frank Peter Zimmermann, le meilleur violoniste allemand de sa génération (n'est-il pas aussi brillant qu'Anne Sophie Mutter et plus constant?). Il maîtrise avec une grande variété de couleurs les chausse-trappe de ce concerto techniquement très difficile (écoutez le Vivace du 2e mouvement!), magnifiquement accompagné par Manfred Honeck, dont la direction possède la nécessaire souplesse et la faculté de créer des climats. La sortie de ce disque le même mois que le Brahms de Repin est très symbolique et revalorise l'importance de l'intensité sonore dans l'impact des grandes interprétations.

Le Szymanowski est un régal similaire, avec, là aussi une direction totalement à la hauteur de l'événement: les espaces sonores du compositeur polonais sont ouverts de manière presque magique par la baguette d'Antoni Wit. On retrouve ici ce que les disques Naxos nous avaient déjà enseigné: à la tête de son orchestre polonais, Wit est un maître de la création d'atmosphères. Zimmermann plane comme un funambule sur les hauteurs des deux premiers volets du 1er Concerto et mord ardemment dans les accents du Vivace final. Le 2e Concerto, immense et généreuse fresque, est au moins aussi grand.

On risque de retrouver ce CD dans les disques de l'année 2009...

--Christophe Huss

Les 10/10 du mois
NO Picture Un mois de nouveautés
Au crible aujourd'hui

Search Reviews
QUI SOMMES NOUS? | LE COIN MÉDIAS | NOTATION: MODE D’EMPLOI | POURQUOI CLASSICSTODAY FRANCE?

© 2005 Classicstoday-France.com.
Tout droits de reproduction pour tous pays réservés à Classicstoday-France.com.