ClassicsTodayFrance.com - L'actualité CD, SACD & DVD classique
Search Reviews
Pourquoi Classicstoday-France
L'edito de Christophe Huss
Les nouvelles du disque
Nos annonceurs
Accueil

SHADOWS OF SILENCE
MARC-ANDRÉ DALBAVIE
Concerto pour piano
WITOLD LUTOSLAWSKI
Concerto pour piano
GYÖRGY KURTAG
Játékok (extraits)
BENT SØRENSEN
The Shadows of Silence; Lullabies

Leif Ove Andsnes (piano)

Orchestre symphonique de la Radio Bavaroise

Franz Welser-Möst

EMI- 5099926418223(CD)
Référence: 509926418223

rating

À de relatives exceptions près - Anne Sophie Mutter, par exemple -, il n'est pas fréquent que des artistes à la carrière "confortable" et bien tracée s'astreignent à se pencher sur la création contemporaine et à y faire un tri.

Leif Ove Andsnes nous propose de découvrir le Concerto pour piano (2005) de Marc-André Dalbavie, l'un des créateurs français les plus intéressants, couplé fort astucieusement à celui de Lutoslawski, avec lequel il partage la préservation de la forme du concerto, mais aussi le sens profond (concertare = dialoguer). On se retrouve dans l'un et l'autre cas avec un orchestre et un soliste, dont les univers sont forcément différents, mais qui construisent quelque chose ensemble, contrairement à ces nombreux concertos contemporains "autistiques".

Le couplage est logique car Dalbavie et Lutoslawski partagent un intérêt pour une sorte de poudroiement sonore (un jeu sur les aigus qui semble se prolonger dans des harmoniques). Dalbavie rajoute à cela, dès le début, sa marotte des "motifs fusants" à l'orchestre; ce qui rend d'ailleurs ses oeuvres reconnaissables. Dalbavie et Lutoslawski démontrent tous deux un sens très fin de l'orchestre qui sonne dans l'espace -- ce qui distingue par exemple leurs concertos de celui de Salonen chez DG qui donne un effet de bloc sonore. Enfin il y a dans l'interaction soliste orchestre souvent une émulation, l'un lançant son partenaire sur une piste.

Dalbavie part souvent d'une cellule sonore qu'il complexifie. Dans le traitement d'ensemble, le piano est un point nodal qui semble faire le lien entre des groupes orchestraux. Ce serait intéressant d'entendre cette oeuvre avec la profondeur du multicanal. En tous cas, ce disque ouvre les oreilles sur une musique de création intéressante qui titille l'esprit. Entre les deux concertos des extraits de Játékok de Kurtag, déjà un classique au même titre que les Études de Ligeti, et, en ouverture et fermeture, deux oeuvres en solo de Bent Sørensen, là aussi dans l'esprit de la recherche de sons qui construit cependant un continuum que l'on peut suivre et cerner.

--Christophe Huss

Les 10/10 du mois
NO Picture Un mois de nouveautés
Au crible aujourd'hui

Search Reviews
QUI SOMMES NOUS? | LE COIN MÉDIAS | NOTATION: MODE D’EMPLOI | POURQUOI CLASSICSTODAY FRANCE?

© 2005 Classicstoday-France.com.
Tout droits de reproduction pour tous pays réservés à Classicstoday-France.com.