ClassicsTodayFrance.com - L'actualité CD, SACD & DVD classique
Search Reviews
Pourquoi Classicstoday-France
L'edito de Christophe Huss
Les nouvelles du disque
Nos annonceurs
Accueil


KAROL SZYMANOWSKI
Symphonies n° 1 et 4; Ouverture de concert opus 12; Étude op. 4 n° 3 (orch. Fitelberg)

Jan Krzysztof Broja (piano)

Orchestre philharmonique de Varsovie

Antoni Wit

Naxos- 8.570722(CD)
Référence: Rattle (EMI)

rating

Un ami vous fait écouter un disque en aveugle. Tiens, vous ne connaissiez pas cette oeuvre de Richard Strauss... Et pour cause: c'est du Szymanowski!

L'Ouverture de concert op. 12, qui débute le disque, est quasiment un pastiche à la Reznicek de Zarathoustra et de Heldenleben. Rien que pour voir aussi nettement d'où part Szymanowski dans sa quête musicale d'une musique nationale (la suite de son parcours n'en est que plus impressionnante) le parcours proposé par Antoni Wit est passionnant. Par curiosité, on sautera de la plage 1 à la plage 7 (l'orchestration par Grzegorz Fitelberg de l'Étude pour piano en si bémol mineur op. 4 n° 3) pour entendre à quel point ce que Szymanovski confiait alors au piano était déjà profondément enraciné dans l'esprit d'un mélodiste post-romantique continuateur de Chopin.

Szymanowski (né en Ukraine d'un père polonais et d'une mère suédoise, émigré en Pologne après la révolution russe) fait donc partie de ces compositeurs qui ont mis un certain temps à apprivoiser l'orchestre, intimidés par les modèles qui s'offraient à eux. Le modèle pour Brahms était Beethoven. Celui de Szymanowski, étudiant compositeur dans la première décennie du XXe siècle, est Strauss (il est aussi imprégné des harmonies de Wagner).

Sur le plan symphonique, le programme de ce disque nous propose de juxtaposer la Symphonie n° 1 (l'Opus 15, de 1907) et la Symphonie concertante (la 4e, opus 60 de 1932). La 1re Symphonie, même si postérieure d'un an seulement à l'Ouverture de concert, n'est en rien un décalque. L'ombre de Strauss se fait ressentir au niveau de l'orchestration (ex. la richesse des cors) plus que de la thématique, malgré quelques "gestes" straussiens dans le 2e mouvement, qui fait aussi parfois penser à Scriabine. Le propos est plutôt tumultueux; foisonnant et assez touffu. C'est une grosse oeuvre post-romantique, sur une voie dont Szymanowski vit lui-même qu'elle le mènerait dans une impasse.

Dans la 4e Symphonie, la Symphonie Concertante, le compositeur s'est trouvé. C'est ici que la capacité exceptionnelle dont témoigne Antoni Wit pour créer des atmosphères lorsqu'il dirige son orchestre de Varsovie est le plus mise en relief. C'est très notable dans le 1er mouvement, dont les contrastes sont puissants. On ajoutera ici la prestance du pianiste et, surtout, la splendide clarté polyphonique de la direction qui fait merveille dans un Finale d'anthologie.

Le CD permet de disposer d'une véritable intégrale symphonique de référence, plus éruptive et tellurique que celle de Simon Rattle chez EMI.

NB: ne vous effrayez pas de la qualité technique en découvrant la plage 1 et cet enregistrement réverbéré un peu dur. Les autres oeuvres ont été gravées à d'autres moments à un standard technique légitimant le 10/10.

--Christophe Huss

Les 10/10 du mois
NO Picture Un mois de nouveautés
Au crible aujourd'hui

Search Reviews
QUI SOMMES NOUS? | LE COIN MÉDIAS | NOTATION: MODE D’EMPLOI | POURQUOI CLASSICSTODAY FRANCE?

© 2005 Classicstoday-France.com.
Tout droits de reproduction pour tous pays réservés à Classicstoday-France.com.