ClassicsTodayFrance.com - L'actualité CD, SACD & DVD classique
Search Reviews
Pourquoi Classicstoday-France
L'edito de Christophe Huss
Les nouvelles du disque
Nos annonceurs
Accueil


LUDWIG VAN BEETHOVEN
Concerto pour piano et orchestre n° 1
WOLFGANG AMADEUS MOZART
Concerto pour piano et orchestre n° 18

Martha Argerich (piano)

Orchestre symphonique de la Radio bavaroise

Seiji Ozawa (Beethoven) et Eugen Jochum (Mozart)

BR Klassik- 403571900701(CD)
Référence: aucune dans ce couplage

rating

BR Klassik sera-t-il le label le plus clairvoyant en matière d'édition d'archives radiophoniques? Le fait est que nous avons là un disque utile et original de grands artistes.

Le 1er Concerto "officiel" de Martha Argerich (DG) est un ratage, puisque l'entente avec Giuseppe Sinopoli fut médiocre. Cette intégrale des concertos de Beethoven s'arrêta d'ailleurs après le premier volume (Concertos n° 1 et 2). Il est donc très heureux de disposer d'une vraie version de partage, lumineuse et heureuse, captée en juillet 1983 avec Ozawa au pupitre. On retrouve Argerich libre, articulée et inventive comme nous l'aimons. L'entente avec Ozawa semble excellente, au point où on se demande pourquoi ce n'est pas avec ce chef que DG tenta de réaliser son projet.

Ozawa fait bien ressortir les bois et le dialogue s'installe bien avec la soliste. Tous deux trouvent un excellent terrain d'entente dans le 2e mouvement, maintenu dans une belle fluidité, avec de la part d'Argerich un superbe jeu de pédale amenant à faire résonner et planer les aigus. Admirable aussi, la vraie vivacité déliée du Finale, sans que jamais le toucher ne deviennent superficiel ou survolé. C'est du grand piano et de la grande musique.

Le 18e de Mozart fait, sauf erreur de ma part, son apparition dans la discographie d'Argerich. L'enregistrement de juin 1973 dirigé par Jochum n'est pas techniquement "de démonstration", mais il est largement dans le haut du panier des captations radio de l'époque pour qu'on ne prive pas la parution d'un 10/10. Le piano est très en avant, ce dont on ne se plaindra pas, à l'écoute de la finesse du jeu. Là aussi, la volubilité et très en situation et on n'en finit pas de redécouvrir ce grand moment d'opéra sans voix qu'est le second mouvement de ce concerto qui anticipe tant Les Noces de Figaro.

--Christophe Huss

Les 10/10 du mois
NO Picture Un mois de nouveautés
Au crible aujourd'hui

Search Reviews
QUI SOMMES NOUS? | LE COIN MÉDIAS | NOTATION: MODE D’EMPLOI | POURQUOI CLASSICSTODAY FRANCE?

© 2005 Classicstoday-France.com.
Tout droits de reproduction pour tous pays réservés à Classicstoday-France.com.