ClassicsTodayFrance.com - L'actualité CD, SACD & DVD classique
Search Reviews
Pourquoi Classicstoday-France
L'edito de Christophe Huss
Les nouvelles du disque
Nos annonceurs
Accueil


ERNEST BLOCH
De la Vie Juive; Nigun; Méditation hébraïque; Une Voix dans le désert; Visions et Prophéties; Suite pour violoncelle seul n° 3

Michal Kanka (violoncelle); Miguel Borges Coelho (piano)



Praga- PRD/DSD 250 271(SACD)
Référence: ce disque

rating

Intense, poignant mais pudique en même temps, ce disque consacré à la musique pour violoncelle et piano ou violoncelle seul de Ernest Bloch (1880-1959) est à même de toucher un vaste public de mélomanes, bien au delà de la communauté juive.

Bloch est évidemment connu pour ses musiques puisant dans ses racines judaïques. Mais le fameux Schelomo pour violoncelle et orchestre ne saurait éclipser le reste. Il y a notamment, au centre de ce disque, une Méditation hébraïque, composée en 1924, qui vous vrillera le coeur quelle que soit votre confession.

Si Schelomo a tant d'impoortance, c'est que cette partition de 1917 ouvre une voie déterminante pour le compositeur suisse. On retrouve ici – dans un florilège d'œuvres subséquentes - sa seconde composition la plus connue: Nigun, seconde pièce des trois composant la suite Baal Shem. Composé pour le violon en 1923, Nigun a été transcrit pour violoncelle en 1946, un instrument que l'on assimile si facilement à la voix d'Ernest Bloch (l'érudite notice nous apprend que Feuermann l'avait transcrite en 1935, mais que la version éditée, jouée ici est de Joseph Schuster).

Contrairement à nombre de disques ces dernières années on notera ici la parfaite mise en plage, les trois pièces de "De la vie juive" nous faisant parfaitement plonger dans un monde qui nous permet de "recevoir" ensuite Nigun et la Méditation.

Après ce portique judaïque nous rencontrons trois oeuvres rares et singulières. La Voix dans le désert et Visions et prophéties donnent davantage la voix au piano. Plus acteur, il énonce des thèmes sur lesquels le violoncelle vient se poser en les enrichissant. On pourrait schématiser en disant qu'il y a là un mélange d'accents de musiques juives et d'harmonies debussystes.

Le disque se conclut avec une Suite pour violoncelle tardive dans la vie créatrice de Bloch (1957), oeuvre qui fait partie des réussites du genre, notamment pour ses 1er et 3e volets et son plus énigmatique 4e mouvement. Les ressorts compositionnels en sont bien expliqués par Pierre-Émile Barbier dans la parfaite notice. Cette perfection est reliée sur le plan interprétatif. Michal Kanka n'écrase jamais la corde pour faire suinter le pathétique. Un pianiste très fin accompagne ce sobre violoncelliste qui respire épisodiquement un peu fort, mais sans fournir de quoi priver cette parution majeur de son 10/10.

--Christophe Huss

Les 10/10 du mois
NO Picture Un mois de nouveautés
Au crible aujourd'hui

Search Reviews
QUI SOMMES NOUS? | LE COIN MÉDIAS | NOTATION: MODE D’EMPLOI | POURQUOI CLASSICSTODAY FRANCE?

© 2005 Classicstoday-France.com.
Tout droits de reproduction pour tous pays réservés à Classicstoday-France.com.