ClassicsTodayFrance.com - L'actualité CD, SACD & DVD classique
Search Reviews
Pourquoi Classicstoday-France
L'edito de Christophe Huss
Les nouvelles du disque
Nos annonceurs
Accueil


ROBERT SCHUMANN
Scènes de Faust

Jaakko Kortekangas (Faust; Marianus; Seraphicus); Andrew Gangestad (Méphisto); Christiane Libor (Gretchen; Una Poenitentum); Iwona Hossa et Anna Lubanska (sopranos); Ewa Marciniec (alto II); Daniel Kirch (Ariel)

Choeur d'enfants de Varsovie; Choeur et Orchestre philharmonique de Varsovie

Antoni Wit

Naxos- 2 CD 8.572430-31(CD)
Référence: Abbado (Sony); Britten (Decca)

rating

Le Mephisto d'Andrew Gangestad n'est sans doute pas le Mephisto du siècle, mais il est nettement plus soucieux de la ligne que l'aboyeur Alastair Miles chez Harnoncourt et, pour le reste, Wit fait, le plus discrètement et simplement du monde, jeu égal avec les meilleurs.

Disposer des Scènes de Faust, chef-d'oeuvre méconnu de Schumann, chez Naxos, dans une version qui ne cède rien aux meilleurs (Abbado, Britten, Harnoncourt) est aussi important que d'avoir dans ce même catalogue « la » Turangalîla de Messiaen qui compte et les Sonates de Boulez de l'honnête homme (par Idil Biret).

Le premier atout est le bon sens de la direction. La Scène de Minuit et La mort de Faust sont parfaitement caractérisées. De même, dans la Transfiguration, Wit montre à quel point la fluidité est un atout majeur dans une oeuvre que la pompe enlise. Wit reprend ici les recettes qui ont mené Kurt Masur au succès dans Mendelssohn.

Mais avant tout, la réussite de cet enregistrement est chorale: le choeur répond avec légèreté, engagement et mystère aux impulsions du chef. À aucun moment, on a l'impression d'entendre un choeur professionnel simplement venu faire son travail: il y a une vraie compréhension des climats et de l'élan. On ajoutera la remarquable prestation des enfants: très justes, mais parfois aussi acteurs (cf. la candeur des anges, CD 2, plage 4). La symbiose de tous les éléments se trouve dans la glorieuse fugue rédemptrice qui proclame "Sauvée, cette noble âme".

Côté solistes, le grand vainqueur de cet enregistrement est Jaakko Kortekangas, en Faust. Certes on n'attendra pas de lui d'égaler Gerhaher ou Fischer-Dieskau, deux "extra terrestres" de la discographie, mais le Finlandais est d'une humanité admirable ("Hier ist die Aussicht frei") et le puissant corps de sa voix permet une vraie opposition à Méphisto. Christiane Libor est une Gretchen impeccable, plus femme que jouvencelle et le ténor Daniel Kirch complète ce trio des meilleurs solistes.

Pas de point faible, on l'a dit: Gangestad est un excellent chanteur, avec le profil de Mephisto mais une voix qui bouge un peu. Quant à la soprano I, Iwona Hossa, elle tend à pousser un peu ses sons. Par contre, les ensembles de solistes ont une consistance et un équilibre que l'on cherche souvent en vain dans les affiches huppées.

Si l'on considère que "tout est disponible et accessible", Abbado reste le choix numéro 1, mais en rapport qualité/prix Antoni Wit a plus que de solides arguments à faire valoir. À plus de deux fois moins cher qu'Harnoncourt la question ne se pose même pas.

--Christophe Huss

Les 10/10 du mois
NO Picture Un mois de nouveautés
Au crible aujourd'hui

Search Reviews
QUI SOMMES NOUS? | LE COIN MÉDIAS | NOTATION: MODE D’EMPLOI | POURQUOI CLASSICSTODAY FRANCE?

© 2005 Classicstoday-France.com.
Tout droits de reproduction pour tous pays réservés à Classicstoday-France.com.