ClassicsTodayFrance.com - L'actualité CD, SACD & DVD classique
Search Reviews
Pourquoi Classicstoday-France
L'edito de Christophe Huss
Les nouvelles du disque
Nos annonceurs
Accueil


ANTONIN DVORAK
Symphonie n° 9 "Du Nouveau Monde"; Suite tchèque; Mon Pays natal


Orchestre philharmonique de Malaisie

Claus Peter Flor

BIS- BIS 1856(SACD)
Référence: Kertesz-Vienne (Decca); Bernstein (Sony)

rating

Et de trois ! Après une Septième superlative, une Huitième de rêve, voici une Neuvième de légende. Claus Peter Flor revisite chacune de ces symphonies avec la même intelligence, la même plénitude du chant, la même expressivité à hauteur d'homme.

Ici, fait saisissant, il révèle le souffle de la Bohême qui parcourt de bout en bout cette fresque grandiose. Le chef ne s'est pas trompé : la Neuvième est bien une symphonie tchèque, à l'égal de la Huitième, mais différente, dans la mesure où c'est le regard tchèque qui devient révélateur d'un monde nouveau.

L'Amérique, à laquelle on ne peut s'empêcher de penser n'est vue qu'à travers le regard et la sensibilité d'un Européen à l'esprit ouvert, au tempérament contemplatif en même temps que porté par l'exaltation. L'Allegro con fuoco est à ce titre exemplaire et synthétise les moyens mis en œuvre tout au long des trois premiers mouvements : la beauté de l'habillage avec ses transparences de cordes (le chant des violoncelles y est bouleversant), la souplesse et la volubilité de la petite harmonie et surtout la majesté et l'éclat des cuivres transcendent tout ce qu'on pouvait imaginer.

La révolte gronde dans un sursaut d'énergie plutôt que dans une course à l'abîme. Flor marque d'une empreinte quasi expressionniste une symphonie qu'il traite comme un immense récit de passion, cinglant par ses couleurs variées, ses phrasés burinés au couteau et son ton altier. À 10'20, il signe le caractère héroïco-légendaire d'une œuvre que l'on croyait si bien connaître et qui s'offre pourtant selon un déroulement plein d'imprévus. Ainsi la note finale, le plus magistrale des points d'orgue symphoniques jamais entendus de toute la discographie (!!!), exerce un pouvoir hypnotique.

Par sa direction maîtrisée au plus haut point et le sens des couleurs orchestrales, le chef chauffe sa phalange malaisienne, décidément surprenante, et évite toute surcharge bramso-straussienne. Le célèbre Largo, revêtu d'une sobre élégance, ne s'embarrasse d'aucune préciosité ni condescendance aux sonorités mondialisées qui agacent tant ailleurs. Non, Flor est un poète romantique de la vieille Europe qui sait nous conduire dans « un monde lointain, absent, presque défunt » (Baudelaire), au charme insinuant, recouvert tant d'inquiétude que de mélancolie lointaine. Là, vous ne fredonnez plus mais vous écoutez, saisi par l'élan, le bouillonnement intérieur et l'atmosphère mystérieuse du choral initial, suscitée par le magnifique cor anglais et les fragiles cordes en sourdine.

La Suite tchèque et l'ouverture Mon Pays natal complètent le tableau d'une Bohême musicale réenchantée, fraîche et impétueuse. Flor s'y impose par l'ampleur de la respiration, la souplesse des nuances et l'enthousiasme lyrique (cf. Furiant final).

Un disque incontournable !

--Sylvain Gasser

Les 10/10 du mois
NO Picture Un mois de nouveautés
Au crible aujourd'hui

Search Reviews
QUI SOMMES NOUS? | LE COIN MÉDIAS | NOTATION: MODE D’EMPLOI | POURQUOI CLASSICSTODAY FRANCE?

© 2005 Classicstoday-France.com.
Tout droits de reproduction pour tous pays réservés à Classicstoday-France.com.