ClassicsTodayFrance.com - L'actualité CD, SACD & DVD classique
Search Reviews
Pourquoi Classicstoday-France
L'edito de Christophe Huss
Les nouvelles du disque
Nos annonceurs
Accueil


ERVÍN SCHULHOFF
Cinq Pièces pour quatuor à cordes; Concertino pour flûte; alto et contrebasse; Duo pour violon et violoncelle; Sextuor

Václav Kunt (flûte), Jirí Hudec (contrebasse)

Quatuor Kocian; Quatuor Prazák


Praga- PRD DSD 250 203(SACD)
Référence: ce disque-ci

rating

Je commencerai par souligner que le 10/10 vise ici, contrairement au SACD Vorisek de Praga, une absolue réussite à la fois musicale et technique. Le SACD multicanal est en effet, comme celui des Quatuors parisiens de Telemann chez Channel, un modèle dans le domaine de la musique de chambre.

Ceci posé, le sujet d'observation majeur s'agissant de cette parution est évidemment l'extraordinaire impact, l'inspiration et la portée de l'art d'Ervin Schulhoff. Le disque Praga nous présente le compositeur tchèque alors qu'il n'est pas encore déclaré "dégénéré" (nous sommes ici en 1924 et 1925) mais qu'il évolue déjà au sommet de son art. Les Cinq pièces pour quatuor, qui ouvrent le disque, sont un chef-d'œuvre marquant de la littérature chambriste du XXe siècle et synthétisent parfaitement l'art de Schulhoff, mêlant humour et esprit corrosif, appliqués à un univers reposant sur le rythme -ici des danses. Pierre-Emile Barbier note avec a propos que Schulhoff n'hésite pas à déséquilibrer la valse viennoise... en lui rajoutant un 4e temps! Tout "l'esprit Schulhoff" est dans cette observation, un esprit sans réel équivalent dans sa sphère artistique (son univers est plus cosmopolite et bien plus vitriolé que celui de Janacek; son langage plus dense que celui de Martinu). Le Quatuor Prazak dépeint idéalement ces univers avec son jeu toujours si acéré.

La versatilité, mais aussi l'éloquence de l'art de Schulhoff se mesurent à nouveau dans le Concertino pour flûte, alto et contrebasse au premier mouvement si debussyste et au rondino final si stravinskien (Petrouchka et l'Histoire du soldat) mais sans le moindre pastiche. La même réussite est au rendez-vous dans l'un des plus beaux duos pour violon et violoncelle que je connaisse, opposant si puissamment des mouvements éloquents, telle une "Zingaresca" pulsante et un Andantino poignant. Le Sextuor, enfin, se range dans un univers expressionniste viennois très "années 20", univers marqué par le premier Schoenberg, mais avec, toujours, cette lancinante chape de plomb qui semble peser sur le monde intérieur de cet idéaliste meurtri par la 1re Guerre mondiale et qui s'en évadait à travers l'animalité et l'ivresse du rythme et de la danse.

Un disque sublime et essentiel à tout mélomane un tant soit peu intéressé par la musique du XXe siècle.

--Christophe Huss

Les 10/10 du mois
NO Picture Un mois de nouveautés
Au crible aujourd'hui

Search Reviews
QUI SOMMES NOUS? | LE COIN MÉDIAS | NOTATION: MODE D’EMPLOI | POURQUOI CLASSICSTODAY FRANCE?

© 2005 Classicstoday-France.com.
Tout droits de reproduction pour tous pays réservés à Classicstoday-France.com.