ClassicsTodayFrance.com - L'actualité CD, SACD & DVD classique
Search Reviews
Pourquoi Classicstoday-France
L'edito de Christophe Huss
Les nouvelles du disque
Nos annonceurs
Accueil


ANTONIO VIVALDI
Stabat Mater, RV 621; Salve Regina, RV 616; Concerto pour viole d'amour en ré mineur, RV 394; Nisi Dominus, RV 608

Carlos Mena (contre-ténor); François Fernandez (viole d'amour)

Ricercar Consort

Philippe Pierlot

Mirare- 9968(CD)
Référence: Gérard Lesne (Harmonic Records)

rating

On se souvient encore avec émotion des troublants accents de Gérard Lesne dans un Stabat Mater et surtout un Nisi Dominus qu'on avait rarement entendus interprétés avec autant de grâce et de finesse. Seule la voix angélique de James Bowman (L'Oiseau-lyre) avait su s'imposer dans ce registre expressif où jamais le sentimentalisme ne prenait le pas sur l'intériorité. Depuis, Andreas Scholl, Sara Mingardo, Marie-Nicole Lemieux et Matthew White ont proposé des lectures tout aussi fines de la célèbre séquence mariale, mais aucun de ces excellents chanteurs n'est parvenu au degré d'excellence atteint par la voix bouleversante de Carlos Mena.

Le contre-ténor espagnol, que l'on avait remarqué dans un premier CD Mirare "De Aeternitate", possède une voix chaude dotée d'un timbre exquis, animée d'un souffle traversé par moments d'un incroyable vibrato sensuel (cf. introduction du Stabat) qui lui permet de se concentrer avec une facilité toute naturelle sur la force même du mot. Sans concession ni rajout. On admirera ainsi tout particulièrement l'aisance des portamenti (cf. Salve Regina). Cet équilibre fascine: ce que l'on entend là n'a rien de faussement éthéré. Au contraire, voici un chant vivaldien qui exprime avec énergie les secrets plis de l'incarnation. Pour s'en convaincre, on écoutera (en boucle, s'il le faut !) l'incroyable "Cum dederit" du Nisi Dominus: le rythme lancinant de sicilienne porté par une voix divine, touche au coeur.

Le Ricercar Consort, dirigé par Philippe Pierlot, n'est pas en reste: l'accompagnement, discret, se montre un partenaire idéal, qui sait redonner un relief à la partition par une recherche mouvante des couleurs. Les lignes des flûtes à bec dans le Salve Regina, sont tout simplement remarquables. Quant à la viole d'amour de François Fernandez, elle séduit tout autant par la vitalité des attaques et la générosité du son.

La riche discographie du Stabat Mater s'enrichit d'une nouvelle référence.

--Sylvain Gasser

Les 10/10 du mois
NO Picture Un mois de nouveautés
Au crible aujourd'hui

Search Reviews
QUI SOMMES NOUS? | LE COIN MÉDIAS | NOTATION: MODE D’EMPLOI | POURQUOI CLASSICSTODAY FRANCE?

© 2005 Classicstoday-France.com.
Tout droits de reproduction pour tous pays réservés à Classicstoday-France.com.