ClassicsTodayFrance.com - L'actualité CD, SACD & DVD classique
Search Reviews
Pourquoi Classicstoday-France
L'edito de Christophe Huss
Les nouvelles du disque
Nos annonceurs
Accueil


SAMUEL BARBER
Vanessa

Christine Brewer (Vanessa); Susan Graham (Erika); Catherine Wyn-Rogers (la mère de Vanessa); William Burden (Anatole); Neil Davies (docteur); etc.

BBC Singers, Orchestre symphonique de la BBC

Leonard Slatkin

Chandos- 2 SACD CHSA 5032(2)(SACD)
Référence: Mitropoulos (RCA)

rating

La discographie de Vanessa de Barber (sur un livret de Menotti) n'a guère évolué depuis la création en janvier 1958, à la suite immédiate de laquelle a été enregistrée la version Mitropoulos. Ceci est le symptôme d'une surprenante distance envers une œuvre dont on aurait vraiment parié qu'elle s'imposerait largement au répertoire par la qualité de son livret et la beauté de sa musique. Il n'y a pas dans Vanessa qu'une succession de beaux airs, même si ceux d'Erika "Must the Winter come so soon?" et de Vanessa, "Do not utter a word, Anatol", dès la première scène, sont d'emblée impressionnants. Barber imprime au genre une vraie griffe quant au langage musical, une remarquable conduite dramatique, une maîtrise des airs, duos et ensembles. C'est un ouvrage éminemment accessible pour tout public, façon "Richard Strauss américain".

Espérons que cet enregistrement constituera une étape marquante dans la reconnaissance internationale de ce chef-d'œuvre. Il se fonde sur la révision de 1964 comme son récent concurrent chez Naxos qu'il surpasse en tout. Il ne remplace pas l'enregistrement Mitropoulos de 1958 (tout comme William Burden ne pourrait supplanter Nicolaï Gedda!) mais le complète et, par le soin artistique et technique apporté à sa réalisation, s'impose comme 1er choix pour le discophile d'aujourd'hui. Les changements entre la version originale et la version révisées touchent la structure générale (passant de 4 à 3 actes), des dialogues et la suppression d'un grand air à vocalises de Vanessa.

Le charme et la perfection de Susan Graham sont l'une des incitations d'achat principales de cet album, au même titre que la direction miroitante de Leonard Slatkin. Infiniment souple, la voix de la mezzo américaine épouse parfaitement l'évolution psychologique de son personnage. Christine Brewer parvient à ne pas trop pâlir face à Eleanor Steber: elle est elle aussi superbement expressive et puissante. Le reste (à part les rôles marginaux, un rien négligés) est optimal ou quasi optimal: le Docteur de Neal Davies, le Baronne de Wyn-Rogers et l'Anatol finalement convaincant (quand le contexte même de l'enregistrement et la version utilisée font évacuer le souvenir de Gedda), car bien caractérisé, de Burden.

Comme l'enregistrement du War Requiem de Britten, la direction de Slatkin illumine bien des détails de la fascinante écriture de Vanessa, un opéra servi par une prise de son aussi exceptionnelle de finesse et de tact que l'incarnation des personnages par les chanteurs.

Voilà pour l'heure, à mes yeux, le grand disque d'opéra de la saison 2004/2005.

--Christophe Huss

Les 10/10 du mois
NO Picture Un mois de nouveautés
Au crible aujourd'hui

Search Reviews
QUI SOMMES NOUS? | LE COIN MÉDIAS | NOTATION: MODE D’EMPLOI | POURQUOI CLASSICSTODAY FRANCE?

© 2005 Classicstoday-France.com.
Tout droits de reproduction pour tous pays réservés à Classicstoday-France.com.