ClassicsTodayFrance.com - L'actualité CD, SACD & DVD classique
Search Reviews
Pourquoi Classicstoday-France
L'edito de Christophe Huss
Les nouvelles du disque
Nos annonceurs
Accueil


ANTON BRUCKNER
Symphonie n° 5


Orchestre philharmonique de Vienne

Nikolaus Harnoncourt

RCA- 82876 60749 2(SACD)
Référence: Jochum-Amsterdam (Tahra); Furtwängler (DG)

rating

Grâce à ce disque, les réussites brucknériennes de Nikolaus Harnoncourt (3e, 5e, 7e, 9e) l'emportent à présent nettement sur les échecs (4e et 8e). On peut même dire que les deux dernières parutions (la 9e avec explication du Finale et cette 5e, augmentée d'extraits de répétitions) haussent encore d'un cran le niveau atteint par les 3e et 7e, publiées chez Teldec.

Harnoncourt a trouvé dans le Philharmonique de Vienne un partenaire parfait, dont la culture brucknérienne et l'ouverture d'esprit permettent de se plier facilement à sa vision. Comme l'enregistrement halluciné de Furtwängler pendant la guerre, mais à son opposé, cette 5e par Harnoncourt n'est pas une 5e parmi d'autres. Elle procède avant tout d'un processus de réflexion très long et abouti sur la partition et ce à deux niveaux principaux: la densité sonore et l'articulation de la partition.

Le concept sonore brucknérien, une quête cultivée avec la même obsession par Günter Wand (mais Harnoncourt-Vienne est d'évidence un cran au dessus de Wand-Berlin) est un élément interprétatif fondamental. Comment doit sonner un tutti? Comment gérer la puissance, équilibrer les cuivres dans la polyphonie, doser les cordes graves? Tout cela reçoit ici une réponse claire cohérente, constante et convaincante. Le Bruckner de Harnoncourt est fermement assis sur les cordes graves, les fortissimos ne "gueulent" pas et parmi les cuivres, les teintes mordorées l'emportent sur les assaut clinquants. C'est sublime et parfait. Rien qu'à ce niveau, Harnoncourt fait le ménage, car seuls Berlin, Amsterdam et Dresde peuvent se mesure à cette qualité orchestrale et seuls des chefs tels que Jochum, Haitink, Wand et Furtwängler sont de la même trempe (je mets de côté la version inerte et narcissique de Karajan, un concept à part, et la vision sanguine de Matacic, reposant hélas sur une édition sujette à caution).

Le second point est donc l'illumination, l'irradiation de la structure de l'œuvre: tout est d'une clarté absolue, les pans s'agencent en un tout organique, comme chez Furtwängler et Jochum, mais (contrairement à ces chefs) sans aucunement accaparer la partition (écoutez la sobriété de la fin du 1er mouvement, un peu froide, mais juste). De ces agencements structurels naissent des tempos logiques et inattaquables (contrairement à Celibidache, chez lequel les Scherzos posent souvent problème), jamais bousculés qui s'inscrivent dans un "espace temps" clairement identifiable (si vous voulez, c'est l'antithèse absolue et le remède radical au Chopin d'Hélène Grimaud). Le sommet de la version Harnoncourt, qui suffirait à la rendre unique, est la manière fluide, mais jamais désincarnée, d'aborder le mouvement lent. On retrouve cette absolue logique et immédiateté dans le Finale, ce qui me fait penser qu'il s'agit là de la version la plus universelle de cette symphonie, à même de nourrir autant le brucknérien confirmé que néophyte.

Il est inutile de rentrer plus avant dans des détails ponctuels: ce disque réalisé à partir de concerts publics et complété par un intéressant CD d'extraits de répétitions est une évidence, un passage obligé de la discographie. Un dernier mot, technique: le SACD multicanal pousse à l'extrême limite de l'acceptable la sollicitation des canaux arrières (esthétique Beethoven Kleiber chez DG et 4e de Brahms par Haitink chez LSO), mais ne minore pas l'impact frontal, très large et rendu cohérent par une excellente utilisation du canal central.

--Christophe Huss

Les 10/10 du mois
NO Picture Un mois de nouveautés
Au crible aujourd'hui

Search Reviews
QUI SOMMES NOUS? | LE COIN MÉDIAS | NOTATION: MODE D’EMPLOI | POURQUOI CLASSICSTODAY FRANCE?

© 2005 Classicstoday-France.com.
Tout droits de reproduction pour tous pays réservés à Classicstoday-France.com.