ClassicsTodayFrance.com - L'actualité CD, SACD & DVD classique
Search Reviews
Pourquoi Classicstoday-France
L'edito de Christophe Huss
Les nouvelles du disque
Nos annonceurs
Accueil


JOHANNES BRAHMS
Quatuor avec piano op. 25
ROBERT SCHUMANN
Fantasiestücke op. 88

Martha Argerich (piano); Gidon Kremer (violon); Yuri Bashmet (alto); Mischa Maïsky (violoncelle)



Deutsche Grammophon- 463 700-2(CD)
Référence: celle-ci

rating

J'étais à Verbier, en Suisse, le jour de 2001 qui a vu, en concert, la rencontre détonante, historique, de ces quatre artistes dans le Quatuor op. 25 de Brahms. Je n'étais pas le seul à tituber en sortant du concert et peut-être ne suis-je pas le mieux placé (ah, les oreilles du cœur!) pour juger ce CD "objectivement". Mais bon, je vais y aller méthodiquement et essayer de trouver un défaut ce disque, réalisé sept mois plus tard à Berlin en studio.

Trop ardent? Il ne me semble pas que le Brahms de l'Opus 25 puisse être un vieux sage molasson. Brutal, alors? Si Brahms écrit un rondo "alla zingarese" c'est sans doute pour lui donner un cachet, un esprit et une liberté. Monolithique, quand même? Non, pas du tout: écoutez les inflexions, la respiration, la subtilité des nuances. Ce n'est pas parce que des artistes prennent la musique à bras le corps (ce n'est pas si fréquent, profitons-en!) que l'on doit s'en effaroucher. Oui, le Brahms du quatuor Argerich, Kremer, Bashmet et Maïsky ne ressemble à aucun autre, car il va traquer dans la musique cette part d'animalité et de viscéralité. Tout l'art de ces musiciens est de rationnaliser cette approche instinctive, par des dosages incroyables entre les instruments, un accord sur les phrasés et une écoute mutuelle qui font de cet Opus 25 un témoignage aussi essentiel que le Trio de Tchaïkovski précédemment paru chez DG. Oui, l'auditeur suffoque. Oui, on n'est pas habitués à pareil traitement. Mais oui, aussi, à chaque réécoute on retrouve d'autres ressources d'autres plaisirs. Et, disons le quand même comme tel, le Rondo final est l'un des monuments discographiques chambristes de ces 20 dernières années. Nul doute que vous vous repasserez ce «Rondo alla Zingarese» en boucle...

Les pièces de Schumann ont la même fougue, là où un peu plus de pondération, un peu plus de matière sonore auraient été parfois les bienvenues (cf. le début de la marche finale), notamment de la part de Kremer, un rien fluet. Mais, là aussi, la somme des qualités, la soif de partager en musique, sont si grandes que l'on rend les armes devant ce très grand disque d'immenses musiciens, qui ne se contentent pas des formes contraintes et de la superficialité inhérentes à notre époque.

Achat prioritaire évidemment.

--Christophe Huss

Les 10/10 du mois
NO Picture Un mois de nouveautés
Au crible aujourd'hui

Search Reviews
QUI SOMMES NOUS? | LE COIN MÉDIAS | NOTATION: MODE D’EMPLOI | POURQUOI CLASSICSTODAY FRANCE?

© 2005 Classicstoday-France.com.
Tout droits de reproduction pour tous pays réservés à Classicstoday-France.com.