ClassicsTodayFrance.com - L'actualité CD, SACD & DVD classique
Search Reviews
Pourquoi Classicstoday-France
L'edito de Christophe Huss
Les nouvelles du disque
Nos annonceurs
Accueil

CONCERTO VENEZIANO
ANTONIO VIVALDI
Concerto pour violon et cordes "in due cori" RV 583; Concerto pour violon et cordes en mi mineur RV 278
PIETRO ANTONIO LOCATELLI
Concerto pour violon en sol op. 3 n° 9
GIUSEPPE TARTINI
Concerto pour violon en la majeur D. 96

Giuliano Carmignola (violon)

Orchestre baroque de Venise

Andrea Marcon

Archiv- 474 5172(CD)
Référence: ce disque

rating

Sylvain Gasser vous avait vanté l'intérêt du premier disque de Marcon et de son Orchestre baroque de Venise chez Archiv: l'Andromeda liberata d'un collectif de compositeurs vénitiens, dont Vivaldi. Avant de nous livrer un disque avec la soprano Simone Kermes, très remarquée dans Andromeda, Marcon nous arrive avec un second album vénitien en compagnie de son vieux complice Giuliano Carmignola, fidèle dès les premiers disques Divox avec les Suonatori de la Gioiosa Marca, puis chez Sony, avec des disques marquants consacrés à Vivaldi et Locatelli. Ce sont à nouveau ces auteurs que nous trouvons ici.

Le premier enseignement que l'on retire à l'écoute du disque est que, très loin de ces produits préformatés, les CD de Carmignola et Marcon restent de vrais événements musicaux, des témoins d'un "happening musical". Les deux artistes ne s'enferment pas dans le rassurant, mais prennent (Carmignola surtout) un nombre incroyable de risques. Carmignola aime se mettre en danger, évoluer sur le fil du rasoir. Il le montre à nouveau en de maintes occasions ici, par exemple dans le Finale du Concerto RV 278 et le 1er volet du Concerto RV 583, qui, grâce aussi à la direction de Marcon, campe bien vite l'atmosphère du disque.

On retrouve en effet l'Orchestre baroque de Venise dans toute sa perspicacité stylistique: un Vivaldi franc, inventif, très vivant, mais pas bousculé ou "militant". Ces artistes-là n'ont rien à démontrer: ils mettent leur (grande) imagination au service de la musique et ne se servent pas de la musique pour parader. Cela leur permet aussi d'explorer des moments intimes et frémissants, comme le sidérant Andante central du Concerto en si bémol majeur (RV 583) de Vivaldi.

Aux oreilles de certains le côté "violon diabolique" paraîtra un peu rude, mais il est ô combien juste dans une musique à la fois théâtrale et funambulesque, écrite comme telle et jouée comme telle. On écoutera aussi de quelle manière Carmignola et Marcon coulent ces aspects "athlétiques" dans le bronze de la musique, alors qu'un disque comme celui d'Andrew Manze chez Harmonia Mundi, il y a quelques mois, avait un côté bien plus "exhibitionniste" et à tout le moins extérieur.

On admirera ici la musicalité du soliste jusque dans la cadence du 1er mouvement de Locatelli, au même titre que sa complicité extraordinaire avec l'orchestre dans le Finale du même concerto. Par ailleurs, on souhaite voir bientôt un volume entièrement consacré à Tartini. Le son de l'orchestre s'y fait judicieusement un peu plus nourri, avec, au passage, un continuo d'orgue admirable. Et terminer le disque sur ce sublime Andante alternatif, inspiré par les paroles "En ruisseaux, en fontaines, en fleuves, vous vous répandez, larmes amères, jusqu'à ce que soit consumée ma brûlante douleur", est le signe d'une immense classe.

--Christophe Huss

Les 10/10 du mois
NO Picture Un mois de nouveautés
Au crible aujourd'hui

Search Reviews
QUI SOMMES NOUS? | LE COIN MÉDIAS | NOTATION: MODE D’EMPLOI | POURQUOI CLASSICSTODAY FRANCE?

© 2005 Classicstoday-France.com.
Tout droits de reproduction pour tous pays réservés à Classicstoday-France.com.