ClassicsTodayFrance.com - L'actualité CD, SACD & DVD classique
Search Reviews
Pourquoi Classicstoday-France
L'edito de Christophe Huss
Les nouvelles du disque
Nos annonceurs
Accueil


GUSTAV MAHLER
Symphonie n° 8

Sylvia Greenberg; Lynne Dawson et Sally Matthews (sopranos); Sophie Koch et Elena Manistina (altos); Robert Gambill (ténor); Detlef Roth (baryton); Jan-Hendrik Rootering (basse)


Choeurs de la Radio de Berlin et de Leipzig; Windsbacher Knabenchor; Deutsche Symphonie-Orchester Berlin

Kent Nagano

Harmonia Mundi- 2 SACD HMC 801858.59(SACD)
Référence: Solti (Decca); Chailly (Decca); Bertini (EMI); Gielen (Haenssler)

rating

Il n'y a pas de choix évident pour la 8e Symphonie de Mahler, mais une liste assez large de "meilleurs compromis envisageables", parmi lesquels on peut compter le traditionnel Solti, Ozawa, les deux versions Gielen (Sony et Haenssler), le surprenant Bertini et le récent Chailly. J'apprécie également Kubelik (DG et Audite).

En d'autres termes, il y a toujours quelque chose qui ne va pas: le son, tel ou tel chanteur soliste, une direction qu'on peut rêver plus énergique dans la première partie ou plus profonde dans la seconde. Or, j'ai trouvé avec cette version Nagano une chose rare: un vrai regard, un vrai parti pris, opérant dans les recoins habituellement les moins explorés par les interprètes: les sections instrumentales de la seconde partie. Souvent très lente, comme un décalque de cérémonie parsifalienne, et pourtant animée à l'intérieur des phrases, la Huitième de Kent Nagano, qui a infiniment raffiné son approche de Mahler par rapport à la Troisième chez Teldec, porte la seconde partie vers des sommets rares, notamment dans les parties langsam-sehr langsam et äusserst langsam.

Si l'on tenait à ne pas accorder 10/10, on dirait qu'il y a des enregistrements mieux chantés (Chailly, Solti), mais il n'y a là aucune contribution rédhibitoire et un niveau globalement excellent. Or, par ailleurs, Nagano nous en donne plus. Audiblement à l'aise avec les grandes machines symphoniques, enregistré dans une technique SACD multicanal spectaculaire mais admirablement équilibrée (veillez à bien vous asseoir au centre du local d'écoute) dans une salle de légende (Philharmonie de Berlin), Nagano insuffle à la Huitième une flamme mystique frémissante et mouvante, qui va scruter la partition dans le moindre détail.

Excellent dans le "Veni Creator", avec une énergie mordante là où il faut et un vrai sens de la démesure dans la coda (mais un contrôle absolu, qui jamais ne frôle quelque frénésie), c'est dans la seconde partie que Nagano fait sa marque. Cette seconde partie ne devient pas un appendice fastidieux à un premier volet exaltant et démonstratif, c'est un vrai centre du propos mahlérien, dont l'évolution va posément mais inéluctablement. Ce propos est symphonico-philosophique: les voix éclairent la trame, elles ne sont pas les acteur de quelque oratorio.

Il y a un risque que Nagano n'a pas voulu prendre: brouiller les textures, cacher des éléments. Même dans les polyphonies les plus intriquées du 1er mouvement, il parvient à clarifier la musique sans histrionisme, mais en allant toujours de l'avant. À cela s'oppose la façon dont il pose les socles de la grande arche de la seconde partie: le Poco adagio d'entrée et le Langsam final. Mystère et révélation sont ainsi campés, entre lesquels viendront s'inscrire plusieurs stations. Les solistes très engagés, donnent tout et, même, croissent dans leur propre rôle, à l'image du ténor Robert Gambill. Sophie Koch et Sylvia Greenberg (même si elle est captée un peu tard, l'intelligence du chant est patente) se détachent parmi les protagonistes féminins.

Alors, 10/10? Oui, car j'ai repris cette Huitième à plusieurs stades depuis sa parution. À chaque fois elle m'a apporté quelque chose de neuf, elle m'a nourri. Ce n'est pas forcément le cas de Chailly.

--Christophe Huss

Les 10/10 du mois
NO Picture Un mois de nouveautés
Au crible aujourd'hui

Search Reviews
QUI SOMMES NOUS? | LE COIN MÉDIAS | NOTATION: MODE D’EMPLOI | POURQUOI CLASSICSTODAY FRANCE?

© 2005 Classicstoday-France.com.
Tout droits de reproduction pour tous pays réservés à Classicstoday-France.com.